lundi 16 avril 2012

Notoriété

Il y a très très très très très * reprend son souffle * très longtemps, je vous avais dit que je vous parlerai un jour de notoriété ! Et ça y est ! C'est aujourd'hui ! Youpi ! * toussote * Bon, un peu de calme. Donc, oui, je voulais vous parler de notoriété.

Dans notre société de consommation où chacun d'entre nous peut devenir une "star" du jour au lendemain pour replonger aussitôt dans l'oubli, l'écriture n'est certainement pas le meilleur chemin pour parvenir à la reconnaissance mais ça arrive parfois. Il n'y a qu'à voir J.K. Rowling ou Stephanie Meyer. Aussi, quand on écrit, peut-on légitimement rêver à un éventuel succès littéraire. Si, si... légitimement. Et ce rêve devient un peu plus tangible quand on trouve un éditeur. Et du coup, on peut se poser la question de savoir si on écrit pour devenir célèbre ou pas et même si la célébrité est une bonne chose ou pas.

Bon, rassurez-vous, je ne suis pas célèbre et pas prête de le devenir. Et même si... pas sûre de le désirer. Je suis certaine que je choperais la grosse tête. ^^

Il y a quelques mois de cela, une journaliste de ma petite ville m'a contactée pour un entretien, entretien qui est paru dans le journal local et le magazine de la ville. Je vous aurais bien montré le dit article, il est super, mais je ne sais pas comment faire sur mon blog. Honte à moi. Bref, j'étais heureuse. On parlait de moi et surtout de mon roman et cet entretien allait m'apporter, j'en étais certaine, beaucoup de lecteurs et ce fut probablement le cas. Mon roman a rarement le temps de s'ennuyer sur les étagères de la bibliothèque municipale. Mais ce que je n'avais pas prévu, c'est d'être reconnue par les gens que je croise dans la rue ou le personnel administratif de la mairie. Et, en réponse aux gentilles paroles, je n'ai su que rougir et émettre un petit "merci" avant de m'enfuir le plus loin possible. Bref, je ne suis pas faite pour ça. Je trouve ça trop perturbant. Mais quand je vois que tant de gens recherchent la célébrité, je ne peux m'empêcher de me demander s'ils ont conscience de ce que sera leur vie s'ils parviennent un jour à leur but. Peut-être suis-je un cas et que ce qui me dérange plait à d'autres...

En attendant, ce n'est pas une raison pour vous priver des entretiens auxquels je me livre, sur internet. Ceux-là, au moins, je sais comment les mettre sur mon blog. Celui-ci date de quelques mois et j'espère qu'Antoine Chalet me pardonnera cet affreux retard dans l'annonce. C'est lui qui m'a posé toutes ces questions indiscrètes et pertinentes et il a si bien réussi que cet entretien en ma compagnie et la chronique qu'il a fait d'Opale sont repris dans le "Présences d'Esprits" de ce mois-ci. Alors, Antoine, un grand merci ! Et pour ceux qui veulent me connaître un peu mieux (oui, je sais, c'est contradictoire avec ce que je dis au-dessus mais j'ai le droit. Na !), voici où vous instruire sur ma petite personne. En plus, le blog est super. Profitez-en pour y faire un tour...

Bonne lecture


vendredi 6 avril 2012

La semaine dernière a été assez occupée !

Lundi et mardi, j'ai relu Sidoine, "La pucelle et le démon", relecture que personne ne m'avait demandée, je le précise, mais je voulais revenir sur une scène que deux de mes lectrices avaient jugée améliorable. Du coup, au lieu de ne retravailler que la dite scène, j'ai relu Sidoine en entier, et j'avoue que je riais toute seule à certaines répliques.

Mercredi, c'était relâche, si on peut dire.

Jeudi, je rencontrais les élèves de 4ème des collèges Debussy et Gérard Phillipe d'Aulnay sous Bois. Je crois que de tous, c'était moi la plus angoissée. Mais ça s'est très bien déroulé, grâce à Edwige, Nathalie, Rachida, Virginie, Hélène et Anabela et grâce aux élèves qui avaient plein de questions intéressantes à poser sur l'écriture et l'édition. J'en suis ressortie fatiguée mais heureuse de cette rencontre. En plus, j'ai eu le plaisir de recevoir un joli dessin du lunsdum fait par Nadia. Je l'ai précieusement rangé à côté de celui d'Olivier Péru. Ils se tiennent compagnie ! Et les 4èmes de Gérard Phillipe m'ont dédié un petit recueil de nouvelles terrifiantes qu'ils avaient eux-mêmes élaborées. Plein de bonnes idées ! Je recommencerai une telle expérience avec un immense plaisir. C'est vraiment enrichissant.

Vendredi, je terminai ma relecture de Sidoine. J'avais eu la malencontreuse idée de relire la scène qui posait problème et que j'avais réécrite mardi et ça n'allait toujours pas. Donc, réécriture, une nouvelle fois.

Samedi, j'avais rendez-vous à la bibliothèque Dumont d'Aulnay sous Bois pour un café littéraire spécial Futuriales. Il était animé par Jacques Etienne Ully, Cyrille Jaouan et Arnaud. A mes côtés, se trouvait le talentueux Olivier Péru. Devant une quinzaine de présents, nous avons discuté de nos genres préférés (Science Fiction, Fantasy et Fantastique), de nos oeuvres et de l'écriture. On m'a même dit que notre passion pour la SF a poussé certains présents à découvrir ce genre. Non, la SF n'est pas morte.