lundi 20 février 2017

Revue de Presse de Février

Bonjour à tous,

aujourd'hui, c'est revue de presse !

Et on commence par les Ducs.



Si vous vous souvenez, j'ai écrit une nouvelle "Le Berger" pour l'anthologie "Des livres et nous des chansons" qui accompagnait leur dernier CD de musique. Et le site "Music in Belgium" fait une superbe chronique de ce groupe de musique atypique, une sorte de Bobby Lapointe en encore plus déjanté. Ce qui n'est pas peu dire. Je vous laisse lire la chronique dont voici un court extrait.

"Les Ducs confirment ici leur talent pour la phrase qui fait mouche, pour la strophe qui apostrophe ou pour la rime qui chatouille. "Des livres et nous des chansons", livre-disque ou disque-livre, saura ravir vos tympans et flatter vos yeux grâce à ses belles histoires et à ses belles chansons. Après, vous choisirez de le ranger dans votre discothèque ou votre bibliothèque, selon votre goût. Mais un conseil :ressortez-le quand même de temps en temps."
Et je vous redonne le site des Ducs, sur lequel vous pouvez écouter quelques-uns de leurs titres.



On continue par l'Héritier de Clamoria.



Il est toujours en promotion, jusqu'à la fin du mois, dans sa version électronique, et j'ai appris ce matin qu'il était la meilleure vente numérique de la semaine sur le site Emaginaire. Je suis fière et ravie qu'il plaise autant...

Et j'ai eu le grand plaisir de voir que le magazine Bifrost, que j'adore et dévore à chaque parution, avait publié une chronique sur l'Héritier de Clamoria dans son numéro 85. Elle est signée Philippe Boulier que je remercie vivement. Un petit extrait ?
"Dans tous les cas, il confirme que Benedict Taffin a le souffle et le talent pour tenir son histoire de bout en bout, ce qui, pour ceux qui ont lu ses précédents romans, n'a rien d'un scoop..."
Je ne vous dis pas... A la lecture de ces quelques mots, je suis devenue aussi rouge qu'une tomate bien mûre.

Merci Philippe Boulier ! Merci Bifrost !


Et puis, dans ce numéro, j'ai également appris que Le Bélial allait rééditer en français les aventures de Captain Futur d'Edmond Hamilton. Ca ne vous dit rien Captain Futur ? Et si je vous dis qu'il s'agit des romans qui ont donné naissance au Capitaine Flam... Ca vous parle ? Moi, je faisais des bonds partout en apprenant la nouvelle. Je suis une grande fan d'Edmond Hamilton et cela faisait longtemps que je voulais lire ses Captain Futur. Grâce au Bélial, ce sera bientôt possible. En plus, ils paraissent le jour de ma fête. Si ce n'est pas un signe ça... ^^



Et il faut également que je vous parle du code Minotaure.


J'ai eu le plaisir de découvrir, hier soir, un commentaire sur Amazon de la part de Lapin qui lui a attribué 5 étoiles. 5 étoiles !!!
"Fan de Benedict Taffin dont je lis avec avidité les romans SF et fantasy, je ne l'attendais pas dans les thrillers. Eh bien, c'est efficace, 100% dynamite.Le héros, un baron anglais nommé Dimitri Hennessy, est doté d'un passé trouble dont on devine qu'il s'éclaircira au fur et à mesure des épisodes. Son ami d'enfance, fils d'un mafieux russe, est retrouvé mort dans la Seine. Dimitri veut des réponses. Très vite, il découvre l'existence d'un virus informatique qui pourrait bien signer la fin de notre société moderne.Benedict Taffin trousse ici une galerie de personnages variés, fous, arrivistes, courageux... Elle passe de l'un à l'autre avec virtuosité et les péripéties s'enchaînent sans temps mort.Bon moment de lecture assuré !"
Je crois que mon baron a été adopté et ça me fait très très plaisir.

Voilà. Je crois que j'ai fait le tour.

Et je vous dis à bientôt.


mercredi 15 février 2017

Le code Minotaure est paru !

Bonjour à tous,

ça y est !!!!

Le code Minotaure est disponible en version électronique et en version papier sur Amazon.

Et je crois que je n'ai jamais été aussi stressée pour la sortie d'un roman.

J'ai l'impression d'avoir sauté dans le vide et si j'éprouve un immense plaisir à me retrouver en chute libre, le bonheur de planer tout là haut dans le ciel, sans contraintes, est nuancé d'une petite appréhension, celle que mon parachute ne s'ouvre pas.

Et c'est avec une impatience fébrile que j'attends les premiers commentaires.

Mon roman me plaît, mais va-t-il plaire à d'autres ?

Mais s'il y a du stress, il y a aussi cette jouissance que tout soit fait comme je le voulais, dans les temps que je voulais, sans faire aucun compromis. Qu'il plaise ou qu'il ne plaise pas, ce sera entièrement de mon fait.

Ca change tout d'être seul aux commandes et pour l'instant, ça me plaît beaucoup.

Ca ne m'empêchera pas de travailler avec des éditeurs parce que c'est très plaisant aussi de travailler avec des éditeurs et de leur confier le bébé après son écriture et de les laisser le façonner à leur image parce qu'on aime l'image de cet éditeur.

Mais, je réalise à présent à quel point les deux démarches sont différentes et aussi à quel point j'aime mettre les mains dans le cambouis et aller au-delà de la simple écriture.

Faire une couverture, définir un format pour son roman, fignoler les petits détails jusqu'à la dernière seconde et même au-delà, c'est assez jouissif pour moi. Et je n'ai pas l'impression d'avoir perdu la main sur mon roman comme avec un éditeur. S'il y a une virgule en trop quelque part, en quelques clics, je peux résoudre le problème. Je garde le contrôle, en fait.

Et maintenant ?

Eh bien, je vais retourner à l'écriture. La seconde aventure de Dimitri Hennessy m'attends.

A bientôt

lundi 13 février 2017

Auto Edition Fin

Bonjour à  tous,

les événements se sont un peu précipités pour l'auto édition de mon roman, le code Minotaure.

Je devais recevoir un exemplaire papier de la part de CreateSpace aujourd'hui pour vérifier que tout était bon et je l'ai reçu vendredi... Quand le livreur a sonné à ma porte, je suis sortie de chez moi en lui disant qu'il devait y avoir une erreur parce que je n'avais rien commandé... Et non, en fait, ce n'était pas une erreur, juste une bonne surprise.

Après avoir fait des bonds un peu partout en poussant des cris de joie, le livre serré contre mon coeur, je l'ai étudié et ne lui ai découvert aucun défaut. Mais je suis quelqu'un de raisonnable et j'ai donc attendu le retour du travail de mon homme pour lui demander son avis d'expert. Et le verdict est tombé.

"Tiens, tu n'as rien mis sur la reliure ?"

Groumpf ! Ben oui, quoi, un titre et le nom d'auteur sur la reliure, c'est quand même utile pour retrouver un livre rangé dans une bibliothèque... mais j'ai oublié. J'ai donc fait les corrections et demandé une nouvelle validation à CreateSpace. Et je l'ai reçu il y a une heure environ.

Je n'avais plus qu'à cliquer sur deux boutons, un sur CreateSpace pour la version papier et un sur KDP pour la version électronique. Et c'est fait. A présent, il faut attendre que ce soit en ligne, sur Amazon. Cela devrait être bon d'ici la fin de la semaine. Bien sûr, je vous tiendrai au courant.

Je stresse... Vous n'imaginez pas à quel point. :)

Et si vous le voyez avant moi, n'hésitez pas à m'en faire part.

A bientôt

mercredi 8 février 2017

AutoEdition Suite

Bonjour à tous,

eh non, je n'ai pas disparu au fin fond d'une faille spatio temporelle. Je suis bien là...

Ces derniers quinze jours ont été très occupés par les dernières corrections du code Minotaure, mon roman en auto-édition, et la mise en place de ce roman en version électronique sur KDP et en version papier sur CreateSpace. Et vous ne le savez peut-être pas, mais je suis une monomaniaque. Quand j'ai un projet en cours, je n'en décroche pratiquement pas, d'où mon silence de ces derniers jours.

J'ai appris un truc important sur l'auto-édition. Ce n'est pas fait pour tout le monde. Oui, je sais. J'enfonce des portes ouvertes. Mais j'ai réalisé qu'il était beaucoup plus difficile de lâcher le texte, de dire "C'est bon, je l'ai suffisamment corrigé", quand on est seul à mener la barque. Avec un éditeur(trice), on s'appuie sur lui, sur ses correcteurs(trices), pour terminer le travail, pour lever les derniers lièvres, mais seul, il faut lire, relire, relire encore et décider une fois pour toute qu'on ne touchera plus au texte. Et ce dernier point fut sans doute le plus difficile pour moi.

Ensuite, il y a eu la technique et j'avoue que j'ai eu beaucoup de mal avec KDP et CreateSpace. Oh, une fois qu'on l'a fait, ce n'est pas compliqué, en fait, mais je n'avais pas les bons outils et comme je travaille sur un PC qui est encore en Windows XP, j'ai eu plusieurs fois l'occasion de rencontrer des impossibilités techniques. Et je dois un grand merci à la suite OpenOffice qui m'a tirée d'embarras à plusieurs reprises. D'ailleurs, je me demande si je ne vais pas abandonner Word pour écrire directement sur OpenOffice Writer. On verra. C'est que c'est dur de changer ses petites habitudes. ^^

Tout cela pour vous dire que tout est prêt. Le code Minotaure est chargé en version électronique sur KDP et en version papier sur CreateSpace. Mais... mais... pourquoi il n'est pas encore sur Amazon ? Eh bien, j'attends de vérifier la version papier de mes propres yeux. Un exemplaire devrait me parvenir en début de semaine prochaine. Si tout est bon, la publication devrait suivre rapidement.

Et sinon ? Eh bien, les Editions du 38 font un mois de l'Imaginaire tout au long du mois de février et du coup, il y a des promos de dingue !!!! Alors, si vous hésitez pour votre cadeau de la St Valentin, offrez un livre. Ca fait toujours plaisir.

Et on se dit à bientôt.


vendredi 20 janvier 2017

Auto publication et couverture Code Minotaure

Bonjour à tous,

c'est la fin de la semaine et il est temps de faire un petit bilan de la semaine écoulée.

Comme je le disais dans mon précédent post, je me suis lancée dans la couverture de mon prochain roman à paraître, en auto-édition, le code Minotaure.

J'ai parcouru durant de longues heures le site pixabay.com pour trouver les images adéquates. Au passage, je vous recommande chaudement ce site où on trouve des images de très bonnes qualités, gratuites et en majorité utilisables sans contrepartie. Ce qui n'empêche pas de rémunérer les auteurs des dites images avec de petits cafés. Essayez et vous comprendrez pourquoi je parle de cafés.

Bref, je me suis retrouvée avec une dizaine d'images et beaucoup d'enthousiasme à l'idée de les assembler.

Mais voilà... Une couverture, c'est bien beau, mais encore faut-il savoir de quelle taille on la veut...

Je me suis donc inscrite sur KDP, le site d'Amazon pour publier un ebook. J'ai mis une bonne heure à lire intégralement le contrat d'inscription en français avant de le signer. Et j'ai cherché la taille nécessaire de la couverture avant de réaliser que j'étais une quiche et qu'il n'y avait pas de taille pour un ebook.

Je me suis donc inscrite sur CreateSpace, le site d'Amazon pour publier des livres papiers. J'ai mis une bonne heure à parcourir le contrat d'inscription en anglais avant de le signer. Et j'ai cherché la taille nécessaire de la couverture et... j'ai trouvé !

J'ai donc lancé Gimp et j'ai fabriqué ma couverture. Et j'en étais plutôt fière surtout quand mon homme et l'une de mes amies très chères se sont exclamés "Wahou !" en la voyant.

Et puis, je fus prise d'un doute... J'avais créé ma couverture à l'exacte taille nécessaire, mais si je changeais d'avis concernant la taille de mon livre papier ? Si je voulais en faire des posters ?

J'ai donc demandé l'avis d'un expert : Jef Caiazzo, l'illustrateur de mon roman "L'héritier de Clamoria", et il m'a expliqué, bien sûr, qu'on ne faisait pas ainsi... et qu'il fallait que je fasse une couverture de dimension A4.

Et donc, j'ai recommencé... Heureusement, dans ma désorganisation chronique, je commence à m'organiser et j'avais scrupuleusement noté toutes mes interventions sur Gimp pour constituer ma couverture.

Et donc, j'ai terminé aujourd'hui. Vous voulez la voir ?

Allez, je ne vais pas attendre que vous me répondiez, je sens que vous êtes impatients... La voici donc :


Moi, je trouve qu'elle en jette... Et vous ?

Et maintenant ? Eh bien, il me reste encore beaucoup à faire, mais j'avance et c'est le plus important.

Toujours pas de date de publication précise pour l'instant, il me reste encore beaucoup à découvrir dans le monde de l'auto édition.

Mais en attendant, vous pouvez toujours lire "L'Héritier de Clamoria". Sa version électronique est de nouveau en ligne sur Amazon, ici

Bonne lecture et à bientôt.

vendredi 13 janvier 2017

Préparation Couverture Code Minotaure

Bonjour à tous,

ça y est ! La dernière relecture du Code Minotaure est terminée !

Enfin, je m'avance un peu en parlant de dernière relecture. Disons que j'espère que c'est la dernière relecture. Je viens d'achever mes toutes dernières corrections et recherches de coquilles et d'envoyer le texte à une amie pour une dernière vérification.

Je suis stressée... mais avec un peu de chance, tout sera parfait.

Côté administratif, après une vérification auprès d'un ami expert-comptable, je vais donc créer une société en auto-entreprenariat.

Moi, je vous le dis, c'est précieux les amis. Il faut les chouchouter.

A présent que le côté administratif est défini et que le texte est pratiquement prêt, je vais m'attaquer à un élément important d'un livre, la couverture !

Je n'ai jamais fait ce genre de choses. Je connais un peu Gimp, juste un peu. Et je sens que je vais devoir batailler ferme pour obtenir un résultat satisfaisant. Mais j'y crois. Après tout, j'ai fait un trailer pour "L'Héritier de Clamoria" sans rien y connaître.




Tiens, en parlant de l'héritier de Clamoria, une information importante. Vous l'avez peut-être remarqué, la version électronique n'est plus en vente, mais ce n'est que pour mieux revenir dans quelques jours. En effet, cette disparition est la conséquence d'un changement de distributeur des Editions du 38. Tout devrait être revenu à la normale d'ici la semaine prochaine.

Je vous tiens au courant pour la couverture du Code Minotaure.

A bientôt.

mardi 3 janvier 2017

Décision pour 2017

Bonjour à tous,

et une très bonne année 2017 !!! Qu'elle vous apporte la réussite dans vos projets les plus fous.



Il est de coutume de prendre de bonnes résolutions pour l'année qui commence, mais comme vous le savez si vous fréquentez ce blog, je n'aime pas trop prendre de bonnes résolutions. Je n'arrive jamais à les tenir, de toutes manières.

Par contre, cette année, enfin, l'année dernière, mais ça se déroulera cette année... Donc, en 2017, j'ai décidé... tadam... de m'auto éditer.

Argh... J'entends vos cris d'étonnement jusqu'ici... et pourquoi me demanderez-vous, bande de curieux... Eh bien...

Mon prochain roman, le Code Minotaure, un thriller mettant en scène le baron Dimitri Hennessy devait sortir au début de cette année et puis... il s'est avéré il y a peu que ce roman ne correspondait pas à la ligne éditoriale de la maison d'édition censée l'éditer. Il y avait alors plusieurs possibilités, trois pour être précise.

Soit je le réécrivais pour correspondre à la ligne éditoriale, mais ça ne me tentait pas du tout... Soit, la maison d'édition le publiait tout de même, mais je le sentais, c'était une mauvaise idée... cela engendrerait de la déception pour les lecteurs qui attendaient un genre particulier et mon roman ne trouverait pas son public. Soit, je reprenais mes droits sur mon roman. C'est cette dernière option que j'ai choisi. Et ensuite, j'avais de nouveau un choix...

Soit je cherchais un nouvel éditeur, mais cela signifiait passer une année à attendre des réponses, puis faire les corrections et retouches éditoriales et attendre de nouveau que le roman puisse être publié. Bref, j'étais repartie pour deux ans.

Et voilà quoi... Je vieillis... Déjà que je n'ai jamais été d'une patience d'ange... Je ne me voyais pas trépigner durant deux ans sans rien sortir.

Je sais que le texte est bon. L'éditeur et plusieurs lecteurs me l'ont dit. Alors pourquoi pas tenter l'aventure en solo ?

Après de nombreuses recherches sur Internet... D'ailleurs, un gigantesque merci aux auteurs auto publiés pour leurs conseils, retours d'expérience et modes d'emploi ! Je pense notamment à M.I.A, Jacques Vandroux et Jean-Claude Dunyach, mais il y en a plein d'autres.

Et donc, après de nombreuses recherches, je me lance... Je ne sais pas encore si je vais le regretter ou pas, mais l'aventure me tente et c'est le principal.

J'essayerai de vous tenir informés de ces aventures justement. Peut-être que cela pourra venir en aide à d'autres auteurs dont les questions n'ont pas encore trouvé réponse.

Pour l'heure, je me débats avec l'administration fiscale... Trouver un interlocuteur qui connait la réponse à mes interrogations ne semble pas aussi aisé que je l'imaginais.

Ah et j'oublie le principal... Le Code Minotaure devrait sortir avant fin mars. Fin mars 2017.

Je préfère ne pas encore m'avancer sur une date précise.

A bientôt et encore une bonne année 2017.