vendredi 20 janvier 2017

Auto publication et couverture Code Minotaure

Bonjour à tous,

c'est la fin de la semaine et il est temps de faire un petit bilan de la semaine écoulée.

Comme je le disais dans mon précédent post, je me suis lancée dans la couverture de mon prochain roman à paraître, en auto-édition, le code Minotaure.

J'ai parcouru durant de longues heures le site pixabay.com pour trouver les images adéquates. Au passage, je vous recommande chaudement ce site où on trouve des images de très bonnes qualités, gratuites et en majorité utilisables sans contrepartie. Ce qui n'empêche pas de rémunérer les auteurs des dites images avec de petits cafés. Essayez et vous comprendrez pourquoi je parle de cafés.

Bref, je me suis retrouvée avec une dizaine d'images et beaucoup d'enthousiasme à l'idée de les assembler.

Mais voilà... Une couverture, c'est bien beau, mais encore faut-il savoir de quelle taille on la veut...

Je me suis donc inscrite sur KDP, le site d'Amazon pour publier un ebook. J'ai mis une bonne heure à lire intégralement le contrat d'inscription en français avant de le signer. Et j'ai cherché la taille nécessaire de la couverture avant de réaliser que j'étais une quiche et qu'il n'y avait pas de taille pour un ebook.

Je me suis donc inscrite sur CreateSpace, le site d'Amazon pour publier des livres papiers. J'ai mis une bonne heure à parcourir le contrat d'inscription en anglais avant de le signer. Et j'ai cherché la taille nécessaire de la couverture et... j'ai trouvé !

J'ai donc lancé Gimp et j'ai fabriqué ma couverture. Et j'en étais plutôt fière surtout quand mon homme et l'une de mes amies très chères se sont exclamés "Wahou !" en la voyant.

Et puis, je fus prise d'un doute... J'avais créé ma couverture à l'exacte taille nécessaire, mais si je changeais d'avis concernant la taille de mon livre papier ? Si je voulais en faire des posters ?

J'ai donc demandé l'avis d'un expert : Jef Caiazzo, l'illustrateur de mon roman "L'héritier de Clamoria", et il m'a expliqué, bien sûr, qu'on ne faisait pas ainsi... et qu'il fallait que je fasse une couverture de dimension A4.

Et donc, j'ai recommencé... Heureusement, dans ma désorganisation chronique, je commence à m'organiser et j'avais scrupuleusement noté toutes mes interventions sur Gimp pour constituer ma couverture.

Et donc, j'ai terminé aujourd'hui. Vous voulez la voir ?

Allez, je ne vais pas attendre que vous me répondiez, je sens que vous êtes impatients... La voici donc :


Moi, je trouve qu'elle en jette... Et vous ?

Et maintenant ? Eh bien, il me reste encore beaucoup à faire, mais j'avance et c'est le plus important.

Toujours pas de date de publication précise pour l'instant, il me reste encore beaucoup à découvrir dans le monde de l'auto édition.

Mais en attendant, vous pouvez toujours lire "L'Héritier de Clamoria". Sa version électronique est de nouveau en ligne sur Amazon, ici

Bonne lecture et à bientôt.

vendredi 13 janvier 2017

Préparation Couverture Code Minotaure

Bonjour à tous,

ça y est ! La dernière relecture du Code Minotaure est terminée !

Enfin, je m'avance un peu en parlant de dernière relecture. Disons que j'espère que c'est la dernière relecture. Je viens d'achever mes toutes dernières corrections et recherches de coquilles et d'envoyer le texte à une amie pour une dernière vérification.

Je suis stressée... mais avec un peu de chance, tout sera parfait.

Côté administratif, après une vérification auprès d'un ami expert-comptable, je vais donc créer une société en auto-entreprenariat.

Moi, je vous le dis, c'est précieux les amis. Il faut les chouchouter.

A présent que le côté administratif est défini et que le texte est pratiquement prêt, je vais m'attaquer à un élément important d'un livre, la couverture !

Je n'ai jamais fait ce genre de choses. Je connais un peu Gimp, juste un peu. Et je sens que je vais devoir batailler ferme pour obtenir un résultat satisfaisant. Mais j'y crois. Après tout, j'ai fait un trailer pour "L'Héritier de Clamoria" sans rien y connaître.




Tiens, en parlant de l'héritier de Clamoria, une information importante. Vous l'avez peut-être remarqué, la version électronique n'est plus en vente, mais ce n'est que pour mieux revenir dans quelques jours. En effet, cette disparition est la conséquence d'un changement de distributeur des Editions du 38. Tout devrait être revenu à la normale d'ici la semaine prochaine.

Je vous tiens au courant pour la couverture du Code Minotaure.

A bientôt.

mardi 3 janvier 2017

Décision pour 2017

Bonjour à tous,

et une très bonne année 2017 !!! Qu'elle vous apporte la réussite dans vos projets les plus fous.



Il est de coutume de prendre de bonnes résolutions pour l'année qui commence, mais comme vous le savez si vous fréquentez ce blog, je n'aime pas trop prendre de bonnes résolutions. Je n'arrive jamais à les tenir, de toutes manières.

Par contre, cette année, enfin, l'année dernière, mais ça se déroulera cette année... Donc, en 2017, j'ai décidé... tadam... de m'auto éditer.

Argh... J'entends vos cris d'étonnement jusqu'ici... et pourquoi me demanderez-vous, bande de curieux... Eh bien...

Mon prochain roman, le Code Minotaure, un thriller mettant en scène le baron Dimitri Hennessy devait sortir au début de cette année et puis... il s'est avéré il y a peu que ce roman ne correspondait pas à la ligne éditoriale de la maison d'édition censée l'éditer. Il y avait alors plusieurs possibilités, trois pour être précise.

Soit je le réécrivais pour correspondre à la ligne éditoriale, mais ça ne me tentait pas du tout... Soit, la maison d'édition le publiait tout de même, mais je le sentais, c'était une mauvaise idée... cela engendrerait de la déception pour les lecteurs qui attendaient un genre particulier et mon roman ne trouverait pas son public. Soit, je reprenais mes droits sur mon roman. C'est cette dernière option que j'ai choisi. Et ensuite, j'avais de nouveau un choix...

Soit je cherchais un nouvel éditeur, mais cela signifiait passer une année à attendre des réponses, puis faire les corrections et retouches éditoriales et attendre de nouveau que le roman puisse être publié. Bref, j'étais repartie pour deux ans.

Et voilà quoi... Je vieillis... Déjà que je n'ai jamais été d'une patience d'ange... Je ne me voyais pas trépigner durant deux ans sans rien sortir.

Je sais que le texte est bon. L'éditeur et plusieurs lecteurs me l'ont dit. Alors pourquoi pas tenter l'aventure en solo ?

Après de nombreuses recherches sur Internet... D'ailleurs, un gigantesque merci aux auteurs auto publiés pour leurs conseils, retours d'expérience et modes d'emploi ! Je pense notamment à M.I.A, Jacques Vandroux et Jean-Claude Dunyach, mais il y en a plein d'autres.

Et donc, après de nombreuses recherches, je me lance... Je ne sais pas encore si je vais le regretter ou pas, mais l'aventure me tente et c'est le principal.

J'essayerai de vous tenir informés de ces aventures justement. Peut-être que cela pourra venir en aide à d'autres auteurs dont les questions n'ont pas encore trouvé réponse.

Pour l'heure, je me débats avec l'administration fiscale... Trouver un interlocuteur qui connait la réponse à mes interrogations ne semble pas aussi aisé que je l'imaginais.

Ah et j'oublie le principal... Le Code Minotaure devrait sortir avant fin mars. Fin mars 2017.

Je préfère ne pas encore m'avancer sur une date précise.

A bientôt et encore une bonne année 2017.

vendredi 30 décembre 2016

Fin 2016

Bonjour à tous,

voilà... 2016 se termine dans quelques heures. Une page se tourne... On dresse le bilan de l'année écoulée...

A vrai dire, je n'aime pas beaucoup dresser un bilan comptable de ma vie.

Pourquoi ?

Parce que j'en arriverais à comptabiliser le nombre de romans et de nouvelles éditées cette année. Et même si ce nombre me satisfait, même si l'édition de "L'Héritier de Clamoria" est une fierté, 2016 ne peut être résumée à ça.

Et ce qu'elle m'a apportée, cette année, n'est pas quantifiable...

Comme tous les ans, j'ai aimé, ri, pleuré, souffert. J'ai découvert le monde. Mes lectures, les films, les émissions, mes rencontres m'ont ouvert les yeux sur les autres et sur moi-même. J'ai fait des progrès, notamment en organisation. J'ai fait des rechutes : je remange mes ongles. J'ai appris, une fois de plus, qu'il fallait écouter les conseils, mais pas forcément les appliquer car ce qui convient à l'un ne convient pas forcément à l'autre. La méthode du flocon n'est décidément pas pour moi. J'ai compris qu'il faut s'accepter tel que l'on est et chercher à s'améliorer. Tout un programme... Toutes ces petites contradictions qui font la vie et dont le choix oscille d'un jour, voire d'une heure, sur l'autre.

Oui, j'ai avancé ici, reculé là. Comme vous, je suppose.

C'est ça mon bilan. Etre restée moi-même et être devenue différente. Et ce n'est pas quantifiable.

Et pour l'année prochaine ? Eh bien, je vous garde plein de surprises... des quantifiables, celles-ci. A défaut de prendre de bonnes résolutions, j'ai pris une décision. Non, non, je ne dirai rien avant l'année prochaine.

En attendant, je vous souhaite de passer de joyeuses fêtes de fin d'année.

Et je voulais vous faire un petit cadeau pour vous remercier de me suivre, de me lire, de m'écrire... Ce n'est pas grand chose, mais c'est tellement beau que je voulais partager. C'est tout simplement deux vues depuis mes fenêtres. Avec le givre, c'est féérique...







Bonne fin d'année à tous !

vendredi 23 décembre 2016

Joyeux Noël !!

Bonjour à tous,

et tout d'abord, le plus important...



Joyeux Noël !!!!

Je n'ai pas été présente ces derniers temps et je le regrette, mais j'ai vraiment travaillé comme une dingue pour terminer la seconde aventure de Dimitri et c'était une mauvaise idée car dès le premier jour des vacances, je me suis effondrée, épuisée. Le temps de me remettre, de préparer les fêtes à venir, et me voici... en retard...

Et du coup, me direz-vous... comment s'est passée la séance de dédicace à la médiathèque de Crépy-en-Valois ? Eh bien, ma foi, très bien. 

J'ai été choyée par les médiathécaires et je tiens à dire un grand merci à Audrey pour avoir si bien organisé cet événement.

Il n'y avait pas foule. Sans doute, le syndrome courses de Noël, mais cela m'a permis de papoter avec les uns et les autres et ce fut très agréable. 

J'ai ainsi réalisé que mon roman "L'héritier de Clamoria" était drôle... J'avoue que je n'en parle pas trop, mais il est vrai que j'aime beaucoup mettre de l'humour dans mes romans. Ceux qui ont lu "La Pucelle et le Démon" peuvent en attester et à présent, les lecteurs d'Akatz. Du coup, on a bien ri lors de la séance de dédicace avec mes premiers lecteurs en évoquant telle ou telle scène.

Une mention spéciale pour Jean-Louis... "L'héritier de Clamoria" était sa première lecture de Science Fiction et il fut si convaincu par ma prose qu'il a acheté un second exemplaire pour l'offrir à sa soeur. Cette démarche m'a vraiment beaucoup émue.

Ah, une petite photo peut-être ?




Bonnes fêtes de Noël à vous. 

Et on se dit à la semaine prochaine.

mercredi 7 décembre 2016

Dédicace du 10 décembre 2016

Bonjour à tous,

ce samedi 10 décembre, à partir de 14h et jusqu'à ce qu'on me jette dehors, j'ai le plaisir de dédicacer mon dernier roman "L'héritier de Clamoria" à la médiathèque de Crépy-en-Valois.

Ce sera ma première expérience de dédicace en médiathèque et j'en remercie vivement les médiathécaires.



Pour l'occasion, je sortirai ma boîte à stylos de couleur. Oui, c'est tout nouveau. Jusqu'ici, je dédicaçais en choisissant une couleur par roman (Le violet pour Les Yeux d'Opale et le rouge pour La Pucelle et le Démon) et là, j'ai décidé de laisser le choix aux lecteurs. Je n'ai pas encore essayé de dédicacer en mettant plusieurs couleurs... mais en même temps, personne ne m'a demandé.

J'ai hâte d'y être. J'aime beaucoup ces rencontres avec les lecteurs, futurs ou passés. On discute de tout et de rien et je fignole mes dédicaces en fonction. Je me régale de voir les visages s'éclairer à la lecture de ces quelques mots et je savoure ces instants magiques, en dehors du temps.

Et non, pas de dédicace avec une phrase standard et passe partout. Ce n'est pas le même plaisir. Et tant qu'on peut prendre son temps... Oh, bien sûr, ça arrive, quand le contact ne passe pas, que la discussion ne s'engage pas, je me contente alors d'un "Bonne lecture", de la phrase standard et de ma signature, mais ce ne sont pas mes dédicaces préférées.

Oui, oui... J'ai parlé de phrase standard... Deux fois même.

En fait, pour chacun de mes romans, j'essaye de trouver une phrase qui parle de l'oeuvre sans rien en dévoiler. Pour Les yeux d'Opale, je mentionne l'adoption par un lunsdum dont le nom est lié au prénom de la personne pour qui je dédicace. Je dessine même une petite boîte où se trouve le dit lunsdum. Vous avez tous reconnu la boîte de "Dessine-moi un mouton" de Saint Exupéry. C'est bien elle. Comme je ne sais dessiner ni les lunsdums ni les moutons, j'ai repris l'idée que j'adore. Pour La Pucelle et le Démon, c'est "Parce que l'Histoire n'est pas celle que l'on croit !". Et pour L'Héritier de Clamoria, c'est...

Oh, et puis non, je vous laisse le plaisir de le découvrir par vous-même.

On se dit au 10 décembre... Crépy-en-Valois... 14h... Médiathèque.

A samedi.


mardi 29 novembre 2016

Retour sur les 13èmes Rencontres de l'Imaginaire

Bonjour à tous,

qu'est-ce que c'était bien le salon de Sèvres !!!!

Comme d'habitude, l'organisation de Jean-Luc Rivera, des médiathècaires et de la librairie Gibert Joseph étaient sans faille et les auteurs furent dignement reçus.

J'ai eu l'occasion de rencontrer de nombreux collègues et lecteurs, connus ou inconnus. Tous très charmants. Et je ne les nommerai pas car il y en avait trop et je ne voudrais froisser aucune susceptibilité.

Une mention spéciale tout de même pour Estelle Faye qui a reçu le prix Actusf de l'uchronie lors du salon, pour la joyeuse équipe du Mont des Rêves qui auront des cartes de visite, je l'espère, à notre prochaine rencontre et à qui je souhaite une longue route, aux grenouilles joliment chapeautées passées me faire "coucou", aux bons conseils de Jean-Claude Dunyach, aux oeuvres de mon voisin Pierre Le PiXX et aux discussions de mon autre voisin Loïc Henry. Oui. J'étais très bien entourée.

Et j'ai eu l'honneur, la grande chance de discuter avec Brian Stableford, l'invité d'honneur du salon ! Et c'est là que je me suis rendue compte qu'il fallait vraiment que je travaille mon anglais. Si j'arrivais à faire une phrase dans la langue de Shakespeare, il m'était quasiment impossible de comprendre les réponses de mon interlocuteur. Heureusement que Thomas Bauduret, interprète averti et professionnel, était là !

Pour vous faire saliver un peu, voici deux photos.


Celle du stand que je partageais avec Loïc Henry avec les oeuvres de Pierre Le Pixx. 


© Cassandre de Delphes
Et une photo prise par Cassandre de Delphes, par surprise. J'étais en pleine discussion... 

A ce moment là, il y avait encore des exemplaires de "L'Héritier de Clamoria". Mais à la fin du salon, ils avaient tous été adoptés par de sympathiques lecteurs. Merci à eux.  

Et voilà, à présent, je vais tâcher de reprendre une activité normale d'écrivain... et je vous en donne des nouvelles bientôt.

Bonne journée à tous.