mercredi 3 mai 2017

Retour sur les Futuriales 2017

Bonjour à tous,

allez... un petit effort... plus que 5 jours avant la fin des présidentielles. Je ne sais pas vous, mais moi, j'ai hâte que ça se termine, de pouvoir enfin aller voter et qu'on passe à autre chose !

Bon, parlons plutôt des Futuriales, tiens, par exemple, un salon qui fut très agréable pour moi, comme toujours. J'y ai croisé des potes auteurs que je n'avais pas vus depuis longtemps et j'y ai fait de nouvelles rencontres, agréables. C'est ce qu'il y a de bien dans le microcosme des littératures de l'imaginaire, les gens sont sympas. J'ai notamment croisé la route de Romain Lacuzeau, l'auteur de Latium, un roman que mon homme a beaucoup aimé. Il va vraiment falloir que je le lise ! Surtout qu'il a reçu le prix Futuriales !

J'ai également eu le plaisir de rencontrer des lecteurs qui, ayant apprécié mes précédentes œuvres, venaient s'offrir ou se faire offrir d'autres romans à se mettre sous la dent. Et ça, ça me donne une énergie dingue pour affronter les longues heures en solitaire avec mes pages blanches. C'est une motivation pour l'écriture.

Un de mes voisins auteurs s'insurgeaient que je dise que j'écrivais pour mes lecteurs. Il estimait qu'écrire est un acte égoïste, qu'on écrit d'abord pour soi, avant d'écrire pour les autres. Il n'avait pas forcément tort, mais ce n'est pas ce que je ressens. Quand j'écris, c'est que j'ai envie de faire partager une histoire, une réflexion, un enjeu, une situation ou tout simplement des personnages. Je n'écris pas pour que mes romans terminent au fond d'un tiroir. J'écris pour être lue. Et rencontrer des gens qui n'ont seulement ont lu ma prose, mais en plus ont apprécié et en redemandent, c'est inestimable pour moi. Cela me légitime.

Bon, je me suis également fait plaisir sur ce salon. Depuis longtemps certains romans me faisaient de l’œil et j'ai profité de la présence de leurs auteurs pour me les faire dédicacer.

J'ai choisi "Les Pirates de l'Escroc-Griffe" de Jean-Sébastien Guillermou et "Ascenseur pour le Futur" de Nadia Coste.


J'ai aussi pris "Goodbye Billy" de Laurent Whale, mais je ne peux en faire une photo. Mon homme me l'a piqué. ^^

(Et si quelqu'un sait pourquoi mon téléphone prend des photos floues, je suis preneuse.)

Et à présent ?

Eh bien, c'est chouette de faire des salons, mais pour en faire, il faut écrire de nouveaux romans. Ça tombe bien... A mon retour, m'attendait la première relecture de mon bêta lecteur pour les secondes aventures de Dimitri. Il en a pensé beaucoup de bien, mais il y a de nombreuses petites choses à revoir. Aussi, je me replonge dans les corrections.

A bientôt.

4 commentaires:

  1. A ton prochain voisin qui estime qu'on écrit d'abord pour soi, tu pourras lui dire :
    - C'est vrai ! Mais on réécrit pour les autres.
    Et le véritable écrivain, c'est réécrivain. :-)
    L'Amibe_R Nard

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, Bernard. Et autant j'adore écrire, autant réécrire... j'ai du mal. Mais il le faut si on veut une histoire qui déchire. :D

      Bisous mon Bernard.

      Supprimer
  2. Ce fut un vrai plaisir que d'échanger avec toi ;) Je suis tout à fait d'accord sur l'idée qu'on travaille pour ses lecteurs. Alors certes, on écrit d'abord par plaisir, c'est une évidence, mais à mesure qu'on se confronte aux réalités éditoriales, on est bien obligé de prendre en compte le fait qu'on va partager nos histoires avec des milliers de lecteurs. Il faut donc un minimum les intéresser... Je pense que certains auteurs ont très peur de tomber dans le "commercial", mais à mon sens c'est un faux problème. Du moment qu'on écrit des romans originaux, que ce soit au niveau de l'intrigue ou de l'univers, et que l'on détourne les stéréotypes, à mon sens la question ne se pose pas. Il n'y a que des bonnes et des mauvaises histoires...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut avant tout écrire des histoires qui nous plaisent parce que le plaisir de l'auteur se ressent forcément dans la lecture de son roman par le lecteur. C'est un partage. Et c'est pour cela que ton roman et les suivants auront du succès parce que tu es un homme qui partage. Moi aussi, ça m'a fait plaisir de te voir, en vrai. :D

      Supprimer