jeudi 2 juillet 2015

Un roman en 5 jours !

Dans mon précédent post, je vous parlais de ma petite folie du moment : écrire un roman en 5 jours. Et... j'ai relevé le challenge avec brio. J'ai terminé ce roman racontant une nouvelle aventure de la capitaine Akatz Ielena, hier soir, soit 5 jours après son début. Et je suis très fière de moi. Le bébé fait un peu plus de 30000 mots, soit environ 172 000 signes, espaces comprises. Il ne lui manque plus qu'un titre.

Du coup, je me suis dit que ce serait bien de vous révéler ce que j'ai retiré de cette expérience. Des fois que d'autres voudraient s'y mettre...

Alors, déjà, le scénario et la connaissance de ses personnages principaux sont vraiment primordiaux. Comme il faut aller très vite, le scénario doit être suffisamment détaillé pour permettre de ne se poser aucune question durant la rédaction. Et pour avoir un scénario qui tient la route, il faut bien connaître les réactions de ses personnages principaux, histoire qu'ils ne décident pas brusquement de faire autrement que ce qui était prévu. Ceci dit, j'ai fait quelques modifications, mineures, en cours de route. On ne se refait pas...

Ensuite, il ne faut pas douter... Il faut foncer en avant, encore et encore, même si ce n'est pas parfait, même si on reviendrait bien en arrière pour peaufiner telle scène ou tel personnage. Non. C'est strictement interdit. Tout retour en arrière implique une perte de temps et donc de repousser la date de fin de l'écriture du roman.  C'est une super bonne méthode pour les gens qui doutent, qui reviennent en arrière, peaufinent un texte qu'ils devront jeter deux jours plus tard parce qu'il ne correspond plus au reste du roman... Du vécu pour moi. Non. Tout ce qui ne va pas doit être vu dans la phase suivante, celle des corrections. Mais là, ne m'en demandez pas trop, je n'ai pas encore attaqué cette phase, j'attends déjà le retour de mon premier bêtalecteur, mon homme. Je vous dirais...

Il faut être en bonne condition physique. Oui, je sais, ça semble idiot dit comme ça, mais je me suis retrouvée plusieurs fois en apnée, tellement j'étais concentrée sur les mots que j'alignais sur l'écran. Et le soir, je n'avais aucun mal à trouver le sommeil. Ce fut épuisant. 6000 mots par jour, ça fait quand même une bonne vitesse de frappe... Et puis, si, comme moi, vous avez des soucis d'épaule ou de poignet, passez votre chemin... Depuis hier, une vieille douleur d'épaule qui ne m'avait pas enquiquinée depuis plus d'un an s'est réveillée... Ce sera donc repos pour moi dans les jours qui viennent... Groumpf !

Ce type d'écriture, chez moi, ne peut donner que des romans courts et d'action. Je sais que je n'aurais pas pu faire plus de 6000 mots par jour. Et je sais également qu'un challenge sur plus de 5 jours ne m'aurait pas convenu car, fatalement, plus les jours passent et plus la cadence effrénée demande davantage d'efforts physiques et mentaux. 5 jours étaient mon maximum, personnellement. Concernant le type de roman. L'action est ce que j'écris le plus facilement. Les mots me viennent tout seul. Jamais, je ne pourrais écrire un roman psychologique avec cette méthode. Et je ne vous parle même pas des descriptions, ma hantise !

Il faut également être entouré. Ma famille m'a aidée à dégager du temps et encouragée tout le long du processus. Et beaucoup de gens m'ont soutenue par mail et sur les réseaux sociaux. Et sans ce soutien, je n'y serais clairement pas arrivée. Encore un grand merci à tous.

Voilà, globalement, ce que j'ai retiré de cette expérience. Est-ce que je recommencerai ? J'attends de voir ce que donnent les corrections avant de me positionner.

Si vous avez des questions sur cette expérience, des points auxquels je n'ai pas répondu, n'hésitez pas à demander.

Ah ! Et si vous vous demandez qui est cette capitaine Akatz Ielena dont je vous rebats les oreilles, je vous engage à lire l'extrait de ma nouvelle Werlacht du recueil "Folies" de la collection du Fou des Editions du 38 sur google books. Je ne suis pas fan de ces extraits gratuits, mais comme ils existent, autant les utiliser et vous faire une idée de cette héroïne et de son univers gynocrate. Cette nouvelle est sa toute première apparition. C'est ICI. D'ailleurs, pour les allergiques qu numérique, le recueil devrait sortir en version papier courant juillet. Je vous tiens au courant.

Et pour les veinards qui partent, bonnes vacances !