jeudi 26 juin 2014

Si Shakespeare l'a fait...

J'ai bien compris, à la lecture de vos commentaires, sur mon précédent post, que vous vouliez surtout avoir la suite d'Opale... J'en ai fait part à mon cerveau, mais comme d'habitude, il n'en fait qu'à sa tête. C'est le cas de le dire. Bref, je suis tout de même repartie, pour l'instant, sur la suite des aventures de Dimitri.

Pour cette histoire, j'ai décidé de récupérer l'intrigue d'un roman que j'ai lu il y a quelques temps, un roman dont le titre ou l'auteur m'échappe totalement. L'histoire m'avait peu plu à sa lecture, mais en réfléchissant au prochain scénario de Dimitri, je me suis dit que l'idée sous-jacente collait tout à fait à ce que je voulais pour Dimitri.

J'avais quand même un peu de scrupule... Quoi ? Comment ? Reprendre une intrigue existante pour la mettre à ma sauce. Déjà, n'était-ce pas de la paresse ? Et ensuite, est-ce qu'il pouvait y avoir plagiat ? Pour cette seconde question, je dirais que non. Après tout, ce ne sera pas la même histoire. Pour la première question, je vous ai dit que j'avais le droit à des jokers sur ce blog ? Non ? Vraiment ? J'aurais dû. ^^

Bref, j'avais des scrupules... Et puis, j'ai lu Shakespeare dernièrement. Oui, oui. J'ai décidé de me cultiver un peu. Il serait temps. En même temps, mieux vaut tard que jamais...

Et donc, j'ai dévoré MacBeth, Othello et le roi Lear. Il y avait une courte explication avant chaque pièce, explication que j'ai lu en dernier parce qu'en général, c'est le genre de résumé qui vous dévoile l'intrigue avant même que vous ne jetiez un oeil au texte, et j'avais raison... et donc, j'ai eu la surprise d'apprendre que Shakespeare s'était inspiré, pour écrire ses pièces, d'oeuvres déjà existantes.

Bon, il n'y a pas photo, je ne suis pas Shakespeare... mais bon, s'il l'a fait, hein... pourquoi pas moi ?

Alors, voilà, j'ai décidé de "piquer" l'intrigue à un autre et de la mettre à MA sauce. Une bonne sauce bien relevée. Miam !

9 commentaires:

  1. Bien sûr qu'il y a de "l'inspiration" (surtout avec les pièces de théâtre).

    Et si tu regardes bien, tu verras que beaucoup de contes servent de structures de base à des récits plus longs.

    Exemple Pour le Seigneur des Anneaux, c'est le Petit Chaperon Rouge.
    Apporter un petit anneau au feu dévorant d'un vieux volcan, tout en étant poursuivi par un grand méchant loup, c'est l'histoire du Petit Chaperon Rouge revue et corrigée.

    Et si tu voyais le nombre de "resucées" que l'on distingue ici et là, tu serais surprise de ne pas avoir resaucé plus tôt.

    Bisous
    l'Amibe_R Nard


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai des doutes sur le Seigneur des Anneaux et le Petit Chaperon Rouge. Je croyais que l'inspiration de Tolkien venait de l'anneau des Nibelungen... Ceci dit, tout ce qu'on voit, éprouve, découvre nous inspirent et Tolkien connaissait très certainement le Petit Chaperon Rouge. :) Bon, je vais essayer de ne pas reprendre le Petit Chaperon Rouge, pour ma part, enfin, pas dans ce roman là. :p

      Bisous

      Supprimer
  2. Pas de scrupule ! C'est toi le chef de ce que tu écris : si tu veux la suite de Dimitris avec une intrigue dont tu t'inspires, c'est toi qui décides ! :) GO GO GO !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Sandrine. :D Et puis, en fait, je ne décide pas. Je sais pertinemment qu'il est inutile de me braquer sur un texte quand un autre m'appelle. Ca ne fonctionne pas. C'est ainsi. Tu connais, toi aussi. :)

      Supprimer
  3. Bon, je vais encore vous agacer avec Les yeux d'Opale mais j'ai une excuse : c'est le premier de vous que je lis ! J'ai presque fini le voyage(plus qu'une trentaine de pages...), et mes excursions en Opalie et en Onyxie vont me manquer. Vous en déduirez que j'ai aimé, et vous aurez raison ! Au risque de froisser les amateurs d'une suite, il me semble que le récit se suffit à lui-même si son objet est la confrontation(deux mondes en miroir, le reflet de l'un dans le regard de l'autre, c'est déjà un beau projet). Après, je comprends les amateurs d'intrigues intrigantes qui ouvrent des portes, et ceux qui s'attachent à des personnages attachants mais jamais totalement dévoilés( impossible!)
    N'en faire qu'à sa tête me paraît une très bonne ligne de conduite, après tout, vous êtes le "Deus ex machina". Quant à Shakespeare, très bon choix, un imaginaire riche, une langue poétique et puissante!
    Quand j'aurais fini Opale, je m'intéresserai à un autre de vos textes.
    Bon courage pour Dimitri, j'ai cru percevoir un léger entêtement en ce sens( mais vraiment très léger l'entêtement). Virginie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai mis tellement de temps à vous répondre que vous devez avoir terminé votre voyage au coeur de mon univers, Virginie. J'espère que la fin ne vous aura pas laissée sur votre faim. :)
      Concernant d'autres textes de ma part, pour le moment, il n'y a guère que "La Pucelle et le Démon", mais il va falloir faire vite pour le trouver en librairie. En septembre, il n'y sera plus.
      Et merci pour vos encouragements pour Dimitri. :)
      A bientôt.

      Supprimer
    2. Je suis d'une infinie patience (comme tous ceux qui tentent d'écrire ou y parviennent) et l'on peut dialoguer à distance et à un rythme paisible... Un texte vous appelle, vous lui répondez plus vite qu'à moi, rien que de très normal ! Belle chute pour Opale. Une de celles que j'avais envisagées, je suis une lectrice avisée malgré le talent de l'auteur qui cherche à troubler le pauvre(mais consentant) lecteur embarqué dans un univers dont il ne tire pas les ficelles ! :)
      J'ai passé de belles soirées grâce à vous et je vais commander La pucelle dont l'idée de départ m'amuse et m'intrigue. A quand bon vous semble, entre deux accès de fièvre créatrice. Virginie

      Supprimer
  4. Alors, et cette rentrée ?

    Bisous
    l'Amibe_R Nard

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans l'écriture... ^^ Je t'ai répondu plus longuement par un post.

      Des bisous mon Amibe. :)

      Supprimer