jeudi 30 mai 2013

La loi d'Onyx et si...

Il y a quelques jours, j'annonçais fièrement sur Facebook avoir atteint les 90% dans le premier jet de "La loi d'Onyx", la suite des yeux d'Opale, et non, non, ça n'a pas changé. ^^ En fait, il ne me reste plus que quatre chapitres à écrire, en tout et pour tout. Il y a ces deux chapitres indépendants de la structure narrative que j'ai laissés jusqu'ici de côté et il y a les deux chapitres de fin. Et je me sens terrorisée à l'idée de terminer ces deux derniers chapitres. J'en suis même à passer des coups de téléphone alors que je déteste le téléphone, juste pour ne pas avoir à me pencher sur leur cas. Ce n'est pas un manque d'imagination, d'envie, de temps. J'ai tout cela, mais voilà, la loi d'Onyx est la suite d'Opale et je sens bien son poids sur mes épaules.

Ecrire un roman n'engage à rien. Quand on trouve un éditeur, ce n'est que du bonheur. Et puis, ensuite, on trépigne en attendant les commentaires des lecteurs. Vont-ils le trouver bon ou mauvais ? Que vont-ils adorer, aduler, détester, déplorer ? La loi d'Onyx connaîtra le même chemin, mais il est différent parce qu'il représente une suite, une sorte de contrat tacite, d'accord moral avec les lecteurs du premier tome, et moi, l'éternelle anxieuse, m'angoisse encore plus des retours, m'inquiète d'avoir transgressé LE pacte.

Et puis, la loi d'Onyx a une autre particularité. Personne à part moi ne l'a lu. Ô certes, deux privilégiés ont eu le droit aux deux premiers chapitres, mais ce n'est rien deux chapitres sur une telle ampleur de signes. Il est exempt de tout regard extérieur. Je n'ai eu personne pour me guider sur le chemin du scénario. Et le doute est d'autant plus grand.

Et voilà, plus qu'une semaine, une toute petite semaine, et mon roman sera dévoilé à des yeux neufs, scrutateurs, qui en décortiqueront la moindre parcelle. Et j'ai brusquement envie de tout conserver pour moi, égoïstement.

Alors, je me dis que vous pourriez m'aider à franchir ce dernier pas, me conforter dans mes choix...

Comment aviez-vous imaginé la suite des yeux d'Opale, vous ? Quel personnage aurait poursuivi l'aventure, à votre idée ? Et ne me dites pas que vous n'y avez pas songé... je ne vous croirais pas. :) Il y a même des gens qui m'ont avoué en rêver. C'est dire. :)

8 commentaires:

  1. Je ne voudrais pas te stresser encore plus, mais c'est vrai qu'un deuxième volume dans une trilogie c'est sûrement le plus important, et c'est là où il ne faut pas se planter. Je te rassure, hein ?
    Bon, tu veux mon avis de lecteur de base ? C'est toujours tentant pour un écrivain d'aller voir ailleurs dans un deuxième volume, genre, "tiens, si je leur montrais l'histoire d'un autre point de vue ?" ou "Si j'introduisais 48 nouveaux personnages et que c'étaient eux les nouveaux héros ?" mais en fait... bah non. Ca c'est vraiment pas cool pour un lecteur qui a patienté, bavé d'envie, pendant des mois voire des années dans l'attente de retrouver les personnages qu'il a aimés, et il se retrouve (enfin moi en tout cas) vraiment, mais vraiment très déçu si l'auteur change de cap.
    Attention, cela ne veut pas dire qu'on ne veut pas être surpris (entre le "je", le "il" et le "on", je vais finir par m'y perdre) ! Au contraire ! Un deuxième volume doit nous retourner, nous fasciner... Il y a un juste équilibre à trouver entre les deux.
    Ah oui, en passant, un deuxième volume doit être plus sombre que le premier, et nous laisser à la fin au bord de l'abîme, suppliant pour avoir la possibilité de lire ne serait-ce que quelques lignes du troisième.
    Et enfin, bien sûr, car il y a en moi un gros côté fleur bleue, ne pas oublier l'histoire d'amour. Quitte à la contrarier, mais toujours lui donner son importance.
    Voilà. Tout ça ce n'est que mon humble avis bien sûr, j'ai de toute façon hâte de lire ce deuxième volume, même si je sais que je ferai comme d'hab : quand le premier me plaît, j'attends que toute la série soit sortie pour tout relire ;-)
    Bon courage pour la fin de ce volume, en tout cas, que j'espère bientôt en librairie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En somme, Will, toute trilogie doit s'écrire sur le canevas brodé par George Lucas, non ? Du coup, je m'interroge : dans le cas d'une décalogie, quand faudrait-il place l'abîme de sombritude ? Entre le sixième et le septième tome ?

      Je plaisante, ma petite violette des îles, évidemment, et je partage ton avis, même si je ne suis pas aussi catégorique sur le changement de direction... Pourquoi ne pourrait-on pas offrir au lecteur trois éclairages différents autant de tomes ? C'était, je crois, le pari de Zelazny pour les Princes d'Ambre avant qu'il le foire et parte dans une tout autre direction...

      En tout cas, j'ai, moi aussi, très envie de lire la suite, quelle qu'elle soit !

      Je te prie d'excuser ma familiarité si tu n'es pas le William auquel je pense ! N'est pas Lariflette qui veut !

      Supprimer
    2. Alors déjà, une décalogie, c'est trop long, pour la Belgariade Eddings a écrit deux fois les cinq mêmes, et pour les Prince d'Ambre l'histoire du fils était quand même moins captivante que celle du père...
      Pour le changement de cap c'est vrai que je suis un peu trop radical... J'ai le même point de vue sur les préquelles : si l'auteur veut un point de vue différent, qu'il écrive un tout autre livre !
      Après, pour nuancer mon propos, il y a de bonnes trilogies avec de mauvais deuxièmes volumes (Hunger Games, pour ne citer que celle-là...)

      Supprimer
    3. Merci pour vos réponses à tous les deux. :) J'aime bien la discussion, surtout quand on parle de Zelazny et de ses Princes d'Ambre. Je suis comme William, j'ai apprécié l'histoire du père et je crois ne pas avoir terminé celle du fils. Je trouvais que l'auteur n'était plus en phase avec son univers. Si c'est possible...

      Ceci dit, William, ce que tu précises me rassure. Ouf. J'ai visiblement respecté tes attentes. :) Un tome plus sombre, les mêmes personnages, une autre quête, des réponses à certaines questions posées qui posent de nouvelles questions et une fin qui amène forcément une suite. Mes premiers lecteurs me diront si cela fonctionne sur le papier comme... euh... sur le papier. :)

      Et si vous voulez encore discuter des suites possibles, on attaque Dune. D'accord ? Parce que pour moi, le meilleur tome c'est quand même "L'empereur dieu de Dune" et ce n'est ni le premier, ni le second... Et puis, voilà, Dune est mon chouchou. ^^

      Supprimer
  2. Il est vrai qu'être femme et écrivain, est une situation difficile à assumer.; on crée des êtres vivants, on invente leurs destinées, etc... Mais je m’inquiète pour la statue de bronze que vous mettez sur un fond de marbre froid, je m’inquiète quand votre personnage avance docilement dans la direction qu’il lui a assignée. Faire confiance au marbre, c'est se faire tuer un peu!
    Mais pourquoi Onyx !!? Je vous imagine coccinelle !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Mr ou Mme Anonyme. J'avoue ne pas avoir tout compris, mais je voudrais tout de même vous rassurer sur un point. Mes personnages n'avancent pas docilement, pas le moins du monde. Ils n'en font souvent qu'à leur tête. Et je ne fais pas confiance au marbre sauf pour marcher dessus. C'est toujours mieux que de s'enterrer dessous. :) Ah, ben, ça fait deux points finalement. :)

      Et pourquoi Onyx ? Eh bien, parce que...

      Supprimer
    2. Deux points !!? Mais je ne joue pas Mme, bref!
      Mon drame c'est que j'ai été lu Céline, Michel Del Castillo et Petru Dumitriu. Mon opinion sur la conception du roman moderne est toute différente; je souscris à la thèse de Sylvie Germain? qui dit que : « Tous les personnages sont des dormeurs clandestins nourris de nos rêves et de nos pensées, eux-mêmes pétris dans le limon des mythes et des fables… » On fabrique un personnage avec de soi, certes, mais aussi beaucoup avec des livres et avec les mythes ancestraux de l’humanité qui sont en nous, dans notre inconscient, depuis toujours!

      Supprimer
  3. Parce que tu as la trouille ?
    Toi ? ;-))

    Bon, tu as encore un mois pour profiter de ton bébé, après...

    il faudra bien le laver.

    Pour le reste, pas question de te faire douter plus longtemps sans avoir lu tes choix scénaristiques. Sinon, tu es repartie pour un an de boulot.

    Bisous
    l'Amibe_R Nard

    RépondreSupprimer