lundi 16 avril 2012

Notoriété

Il y a très très très très très * reprend son souffle * très longtemps, je vous avais dit que je vous parlerai un jour de notoriété ! Et ça y est ! C'est aujourd'hui ! Youpi ! * toussote * Bon, un peu de calme. Donc, oui, je voulais vous parler de notoriété.

Dans notre société de consommation où chacun d'entre nous peut devenir une "star" du jour au lendemain pour replonger aussitôt dans l'oubli, l'écriture n'est certainement pas le meilleur chemin pour parvenir à la reconnaissance mais ça arrive parfois. Il n'y a qu'à voir J.K. Rowling ou Stephanie Meyer. Aussi, quand on écrit, peut-on légitimement rêver à un éventuel succès littéraire. Si, si... légitimement. Et ce rêve devient un peu plus tangible quand on trouve un éditeur. Et du coup, on peut se poser la question de savoir si on écrit pour devenir célèbre ou pas et même si la célébrité est une bonne chose ou pas.

Bon, rassurez-vous, je ne suis pas célèbre et pas prête de le devenir. Et même si... pas sûre de le désirer. Je suis certaine que je choperais la grosse tête. ^^

Il y a quelques mois de cela, une journaliste de ma petite ville m'a contactée pour un entretien, entretien qui est paru dans le journal local et le magazine de la ville. Je vous aurais bien montré le dit article, il est super, mais je ne sais pas comment faire sur mon blog. Honte à moi. Bref, j'étais heureuse. On parlait de moi et surtout de mon roman et cet entretien allait m'apporter, j'en étais certaine, beaucoup de lecteurs et ce fut probablement le cas. Mon roman a rarement le temps de s'ennuyer sur les étagères de la bibliothèque municipale. Mais ce que je n'avais pas prévu, c'est d'être reconnue par les gens que je croise dans la rue ou le personnel administratif de la mairie. Et, en réponse aux gentilles paroles, je n'ai su que rougir et émettre un petit "merci" avant de m'enfuir le plus loin possible. Bref, je ne suis pas faite pour ça. Je trouve ça trop perturbant. Mais quand je vois que tant de gens recherchent la célébrité, je ne peux m'empêcher de me demander s'ils ont conscience de ce que sera leur vie s'ils parviennent un jour à leur but. Peut-être suis-je un cas et que ce qui me dérange plait à d'autres...

En attendant, ce n'est pas une raison pour vous priver des entretiens auxquels je me livre, sur internet. Ceux-là, au moins, je sais comment les mettre sur mon blog. Celui-ci date de quelques mois et j'espère qu'Antoine Chalet me pardonnera cet affreux retard dans l'annonce. C'est lui qui m'a posé toutes ces questions indiscrètes et pertinentes et il a si bien réussi que cet entretien en ma compagnie et la chronique qu'il a fait d'Opale sont repris dans le "Présences d'Esprits" de ce mois-ci. Alors, Antoine, un grand merci ! Et pour ceux qui veulent me connaître un peu mieux (oui, je sais, c'est contradictoire avec ce que je dis au-dessus mais j'ai le droit. Na !), voici où vous instruire sur ma petite personne. En plus, le blog est super. Profitez-en pour y faire un tour...

Bonne lecture


9 commentaires:

  1. Oui, c'est perturbant d'être reconnue et abordée dans les rues de son village... surtout quand on n'est pas en mode "auteur". Mais, à la longue, c'est plutôt sympa, quand même.

    RépondreSupprimer
  2. Désolée Nadia, je vais réutiliser ta phrase, j'ai presque la même chose à dire !^^

    "Oui, c'est perturbant d'être reconnue et abordée dans les rues de son village... surtout quand on n'est pas en mode "instit". Mais, à la longue, c'est plutôt insupportable, quand même."

    ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Bien sûr que tu es toute excusée, chère Bénédicte. Ton appréciation du blog est très gentille, mais comme il a déménagé sur une autre plateforme, c'est l'occasion pour moi d'annoncer que je vais rééditer l'interview sur la nouvelle. Je pensais le faire depuis quelques temps, et ton article (en plus de sa publication dans Présences d'Esprits) m'en donne l'occasion. Alors, je me permets de mettre ici la nouvelle adresse vers le nouveau blog (qui, je l'espère, sera tout aussi sympa !) :

    http://les-murmures.blogspot.fr/2012/04/retour-sur-linterview-de-benedicte.html

    Bonne lecture !

    A.C. de Haenne (Antoine Chalet dans le civil)

    RépondreSupprimer
  4. (je rajoute que pour mon cas, on m'a toujours reconnue dans la rue, quand j'étais gamine, comme "la fille de..." donc, en fait, à choisir, j'aime autant être reconnue pour mes romans ^^).

    RépondreSupprimer
  5. Humm...

    Comment insérer un article ?
    - demander l'autorisation au journaliste
    - photographier/scanner l'article (ou transformer le PDF en image, impression écran et copier-coller dans Paint, avant de réduire la taille si l'image est trop grosse)

    Insérer l'image sur le blog, comme tu l'as fait pour le Lunsdum.


    Pour la notoriété, c'est vrai, on est reconnu (à une certaine échelle).

    Comme un "auteur", je trouve ça pas mal. :-)

    Bisous
    l'Amibe_R Nard

    RépondreSupprimer
  6. Voici donc la deuxième partie :

    http://les-murmures.blogspot.fr/2012/04/retour-sur-linterview-de-benedicte_18.html

    et la troisième :

    http://les-murmures.blogspot.fr/2012/04/retour-sur-linterview-de-benedicte_21.html

    A.C. de Haenne

    RépondreSupprimer
  7. Bernard Nantais2 mai 2012 à 14:34

    Bonjour,

    Je viens de finir la lecture des yeux d'opale. C'est un livre que j'avais acheté à mon fils et qu'il a bien aimé. Il m'a conseillé de le lire, ce que je viens de faire.
    J'essaie de lire autant que je peux, j'aime les romans historiques, l'aventure et la science fiction. J'ai adoré les yeux d'opale. Bravo pour ce texte magique. Je vois sur votre blog que vous écrivez la suite. Je suis impatient de le lire.
    A bientôt,
    Bernard Nantais

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce message. Je trouve ça très sympathique que ce soit votre fils qui vous est conseillé mon roman. Je suis ravie qu'il vous ait plu et, comme vous me dites que vous aimez les romans historiques, vous devriez apprécier "La pucelle et le démon", mon prochain roman, en attendant la suite d'Opale. :)

      Supprimer
  8. @ Nadia et Aline : Bon, on va dire que ça dépend des jours, de qui vous reconnait et de son état d'esprit. Mais j'avoue que le "Comment va notre écrivaine ?" de la pharmacienne l'autre jour m'a fait plaisir. :)

    @ Antoine : Merci pour le nouveau lien et la réédition de l'interview. :)

    @ Bernard l'Amibe : Merci pour l'explication. :)

    RépondreSupprimer