mercredi 5 octobre 2011

Mauvaise nouvelle

Bonjour tout le monde,

aujourd'hui, enfin, avant hier, je voulais vous parler de notoriété et puis finalement, non, ce sera pour une autre fois. Aujourd'hui, ce sera une mauvaise nouvelle.

La semaine dernière, j'ai eu cinq huit ans. Non, non, ce n'est pas ça la mauvaise nouvelle. Quoi que... je vous laisse calculer les dégâts. Un peu d'aide ? On multiplie le premier chiffre par le second. Et oui, j'ai passé une nouvelle "octie". ^^

Bon, la mauvaise nouvelle, en fait, c'est que Gallimard Jeunesse ne publiera pas la suite d'Opale. Il fallait s'y attendre. Les ventes ne sont pas folichonnes et certainement pas à la hauteur des attentes d'une telle maison d'édition. Catherine Bon n'y est plus éditrice et c'était elle qui avait fait le choix de publier Opale. Bref, il y a plein de raisons pour que ça s'arrête là. Je m'y attendais, c'est vrai, et même je suis soulagée d'enfin savoir à quoi m'en tenir, il n'en reste pas moins que ça fait deux jours que je rumine cette nouvelle.

Loin de moi l'idée d'abandonner l'écriture de la suite d'Opale, mais il faut se rendre à l'évidence. Il va me falloir trouver une nouvelle maison d'édition et pas n'importe laquelle ! Le premier tome d'Opale est épais. Le second le sera aussi. Et on dit jamais deux sans trois. Un petit éditeur ne pourra pas prendre un tel risque. Il faut donc que je me tourne vers un éditeur de poids mais pour cela, il faut que mon nom soit un tant soit peu connu, histoire d'assurer des ventes. Bref, vous le comprendrez, il va falloir du temps, des années j'imagine et du coup, mes priorités changent.

Je vais tâcher d'écrire beaucoup, mais des romans plus courts, moins complexes que ce que je désirais faire. Ce n'est sans doute pas plus mal. Les retours éditoriaux sur Sidoine ne sont pour l'instant pas mirobolants. Mon écriture n'est pas encore à la hauteur des attentes suscitées par Opale. Alors, je vais retrousser mes manches et m'y mettre encore plus sérieusement, si c'est possible.

Je vous en dirai plus de mes projets une prochaine fois et je vous parlerai aussi de notoriété. ^^

27 commentaires:

  1. Douces pensées Bénédicte, j'espère que la solution se débloquera rapidement tout de même !

    RépondreSupprimer
  2. Pfff... je sais même pas quoi dire !
    Groumpf !

    RépondreSupprimer
  3. Mince. Mais au moins, comme tu dis, maintenant tu sais à quoi t'en tenir. Un "plan de carrière" se construit sur le long terme... et tu me sembles bien partie pour le construire (même si, là, tout de suite, j'imagine que ça fait mal).

    *câlins*

    RépondreSupprimer
  4. Effectivement, c'est une mauvaise nouvelle ça :(. Tu ne dois pas baisser les bras et on est de tout coeur avec toi pour trouver un autre éditeur.

    RépondreSupprimer
  5. Oh Bénédicte, j'en suis toute désolée pour toi. Ce n'est pas une très bonne nouvelle et je comprends que tu aies le moral dans les chaussettes.

    J'espère que tes nouveaux projets te rempliront de bonheur autant qu'Opale. Après tout, il n'y a pas de raison !

    En attendant, je te fais plein de gros bisous pour te soutenir.

    RépondreSupprimer
  6. Aïe. Les lois de l'édition sont impitoyables... Mais bon, tu m'as l'air de conserver ta combativité, c'est bien! Je suis sûre que tu finiras par décoller. Tant que tu gardes le plaisir d'écrire, c'est l'essentiel. (Même si je râle aussi, parce que je voulais connaître la suite, moi!) A voir en édition numérique, peut-être ?

    RépondreSupprimer
  7. Pour une mauvaise nouvelle, c'est vraiment une mauvaise nouvelle. Je suis désolée pour toi et je te souhaite de trouver rapidement un éditeur pour la suite.

    RépondreSupprimer
  8. Plein de courage et de bonnes ondes pour toi !

    RépondreSupprimer
  9. @ Earane : Merci. La solution, c'est surtout d'écrire, je pense. :)

    @ Aline : Ben, c'est exactement ça qu'il faut dire, en fait ! Groumpf ! ^^

    @ Nadia : Merci. Oui, tu as raison, un plan de carrière, ça se fait à long terme et pas sur un seul livre... A moins de s'appeler J.K. Rowling mais c'est pas mon cas. ^^

    @ Blackangel : Merci. Et je ne baisse pas les bras et Opale 2 sortira un jour. Je ne sais ni quand ni chez qui mais ça arrivera. :)

    @ Blanche : Merci. :) Des gros bisous à toi aussi.

    @ Kira : Tu l'auras la suite, mais je ne sais pas quand. Et je ne suis pas la plus à plaindre, en fait, parce que la suite, moi, je la connais ! Elle est fichtrement bien d'ailleurs. ^^ Pour le moment, je n'ai pas envie de m'orienter vers le numérique mais bon, y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis. On verra. Des bisous.

    @ Pastatec et Macalys : Merci. :)

    RépondreSupprimer
  10. Coucou Bénédicte,
    Je suis vraiment déçue pour toi... en même temps je me dis que tu as des fidèles, la preuves nous sommes nombreux à te suivre dans tes projets et cela ça a du poids dans les décisions d'éditeurs.
    Courage!!

    RépondreSupprimer
  11. Ça craint !
    Mais je vois qu'après les "5 secondes de panique", tu as déjà pris ta décision, c'est super ! Et puis, où que ce sera, on achètera tout ! ;-)

    RépondreSupprimer
  12. C'est naze ! J'espère que tu retrouveras un éditeur très vite ! Peut-être en collection adulte (eh oui, j'aimerais bien le défendre, je suis passé au rayon SF adultes !) ?

    RépondreSupprimer
  13. On en a déjà discuté..alors je te fais "juste" de gros bisous de soutien!

    RépondreSupprimer
  14. Hello Bénédicte.

    Je crois qu'on en avait discuté, ton roman est lourd, donc il ne peut s'installer que dans la durée.
    Chez les jeunes ? (tu n'en étais pas sûre, hein)

    Maintenant, quand tu dis que Catherine Bon n'est plus directrice chez Gallimard, ça signifie du chambardement et un autre choix de sélections. Je me souviens d'un auteur de SF récupérant ses droits, sur un livre non imprimé ET pourtant avec à valoir payé, suite à un changement de directeur littéraire. Moment plus délicat que le tien. Ce n'était pas le seul cas, car il y aussi eu un nombre d'auteurs remerciés de la même manière.

    Avec parfois des traductions qui s'arrêtent aux septième tome, lorsqu'il en reste juste deux !
    Chez d'autres éditeurs.

    C'est la loi du marché, c'est vrai.
    Et, comme le dit Nadia, c'est sur une carrière que l'on regarde l'écrivain. (Sur une vie ?)

    Est-ce une mauvaise nouvelle ?
    Je ne sais pas. Si tu es déjà capable de rebondir, c'est plutôt une bonne nouvelle.
    Notoriété ou pas notoriété, prix, fortune ou pas, tu as compris que l'essentiel de l'écrivain n'est pas là.

    Il est dans ce que tu as, dans ce que tu dois dire... et dans les lecteurs qui t'apprécient. :-)

    Tu rentres dans la maturité de l'âge. Bienvenue au club.

    Gros bisous
    L'Amibe_R Nard

    RépondreSupprimer
  15. J'imagine à quel point ta déception doit être grande. Je te rappelle juste que tu écris vraiment bien et que c'est tout de même le principal pour un écrivain. Effectivement, ton roman est original et demande un public ouvert autant à la SF qu'au fantastique, il s'adresse peut-être plus à des jeunes adultes ou grands ados qu'à un public jeunesse. Le fait de sortir des sentiers battus et de proposer quelque chose d'original est toujours risqué d'un point de vue commercial, en même temps, c'est ce qui rend ton univers si étonnant. Alors ne te décourage surtout pas!

    RépondreSupprimer
  16. Courage!
    Vous avez beaucoup de talent, j'espère qu'il y aura une solution!

    Je vous embrasse et vous soutiens!

    RépondreSupprimer
  17. @ Claire : J'ai vu que vous étiez nombreux, oui. Je ne me rendais pas compte et ça fait du bien. :) Merci. :)

    @ Jo Ann : Bah, l'écriture est vraiment une passion pour moi alors, pas question de m'arrêter. :) Merci en tout cas. :)

    @ William : Tu es passé chez les adultes !!!! Vite ! Vite ! Un éditeur pour Sidoine que j'aille voir mon William !!! ^^

    @ Phooka : Merci pour ton soutien. :)

    @ Bernard : Oui, cinq huit ans, c'est la maturité. ^^ Ceci dit, les chiffres de vente sont vraiment catastrophiques et je comprends la position de Gallimard, avec ou sans Catherine. Et j'apprécie qu'ils aient eu l'honnêteté de me dire "stop" plutôt que de me faire mariner. Et maintenant, j'ai plus qu'à continuer d'écrire. :)

    @ Ayaquina : Merci beaucoup pour ces quelques mots qui me touchent. :) Et non, je ne me décourage pas. :)

    @ Sandie : Merci. J'ai été faire un petit tour sur votre blog et vous ne manquez pas de talent non plus. :) Bonne continuation à vous.

    RépondreSupprimer
  18. Je découvre la mauvaise nouvelle. Je suis navrée, je t'embrasse très fort. J'ai confiance en ta plume, tu feras vivre d'autres magnifiques histoires et puis, tu as gagné un prix pour Opale, c'est aussi là que se reconnait le talent.
    Amitiés,
    Syven

    RépondreSupprimer
  19. Ah ben zut. Sont nazes chez Gallimard ?!
    Une fois que tu auras récupéré les droits sur le premier tome, tu pourras sans hésiter taper à la porte d'autres gros éditeurs, qui EUX auront une véritable politique de communication autour de leurs romans "jeunesse" ou SFFF.
    Et tu pourras même rajouter la fameuse scène qui a été coupée dans le 1er !
    ... je vais méditer quant à une carrière d'agent, moi...
    Je t'embrasse, courage et ne baisse pas les bras : nous sommes nombreux à attendre la suite d'Opale !

    RépondreSupprimer
  20. Groumph ! C'est mon filleul qui va être déçu. Il attend la suite... et moi aussi d'ailleurs.
    Courage et je croise les doigts, orteils, palmes pour que tu retrouves vite un éditeur.

    RépondreSupprimer
  21. allez, il ne faut pas se décourager! je pense que se faire lourder au 2e titre est ce qui arrive à 9 auteurs sur 10, vous êtes dans la norme! (ça m'est arrivé aussi) Je ne vous ai lue que sur ce blog, qui m'a beaucoup intéressée d'ailleurs, mais un 6e sens me souffle que vous allez rebondir. Vous m'avez l'air assez calée en fabrication de trampoline...
    et c'est quoi, des chiffres catastrophiques, exactement?
    bon vent et ne baissez pas les bras, ça va marcher!

    RépondreSupprimer
  22. hé attendez, sortant de chez moi quelques minutes après vous avoir écrit le petit message affiché ci-dessus, devinez ce que mon voisin avait déposé devant sa porte pour les encombrants? Un trampoline ! Je jure que c'est vrai. ça doit être un signe, quand même.

    RépondreSupprimer
  23. Tu as une grande capacité de travail, de la rigueur, une belle plume, et déjà un beau prix.
    Je suis convaincu que tu vas nous écrire plein d'autres romans jeunesse et que le meilleur reste à venir :)

    RépondreSupprimer
  24. Merci pour tous vos gentils messages. Je vais tâcher de rebondir (avec ou sans trampoline), même si j'avoue qu'en ce moment, c'est plus difficile que d'habitude. Mais on va s'y remettre. Vos commentaires me font chaud au coeur. Merci. :)

    RépondreSupprimer
  25. 25 messages et commentaires, ça veut tout dire Bénédicte!! Allez fonce!

    RépondreSupprimer
  26. Je découvre à l'instant cette nouvelle qui me plonge dans la perplexité : quand va-t-on avoir le plaisir de retrouver tous les personnages d'Opale ?
    J'étais justement en train de relire ma chronique du roman sur le blog...
    Courage, Bénédicte !

    A.C. de Haenne

    RépondreSupprimer