mardi 5 avril 2011

Les ventes d'un roman

Alors, tout d'abord, un grand merci à la personne qui a acheté le dernier Opale sur le site Amazon. Je m'apprêtais justement à lancer un appel au secours pour ce pauvre exemplaire esseulé ! Alors, un grand merci à vous, inconnu(e) si vous passez par là. Bon, le revers de la médaille, c'est qu'Amazon n'a pas jugé bon, d'après ce que j'en comprends, de reconstituer ses stocks mais bon, tant pis, vous savez ce qu'il vous reste à faire pour obtenir un Opale ! Vous rendre chez votre libraire préféré !

Je vais profiter de ce message pour vous expliquer un peu comment fonctionnent les ventes. J'étais persuadée de l'avoir déjà fait mais il semblerait que non.

Alors, nombreux sont les gens qui me demandent comment se passent les ventes d'Opale et si j'ai des chiffres, et quasi invariablement, je réponds "pas bien" et "non". Il semble que ce soit mon petit côté parano qui rejaillisse dans ces réponses d'après certains de mon entourage que je ne nommerai pas. En fait, les vraies réponses sont "Je ne sais pas parce que..." et "non". Ca va ? Vous avez suivi ? Ben oui, je ne sais pas comment se passent les ventes d'Opale parce que je n'ai pas de chiffres des ventes. Et pourquoi je n'ai pas les chiffres ? Je vous explique ce que j'ai compris de l'affaire.

Peu de gens le savent, enfin, peu de gens en dehors du milieu éditorial s'entend, mais quand un éditeur édite un livre et le vend à un libraire, il ne le vend pas vraiment. En fait, le libraire qui achète un livre à l'éditeur a un an pour le vendre, lui, à un client et s'il n'en trouve pas, il renvoie le dit livre à l'éditeur qui le rembourse. Donc, vous l'aurez compris, avoir des chiffres avant un an, c'est un leurre. Parce que l'éditeur ne peut compter que ce qu'il vend aux libraires et qu'il n'a strictement aucune idée de ce que le libraire en question va lui renvoyer. Alors, certes, il existe les réapprovisionnements des libraires auprès de l'éditeur mais je n'ai pas les chiffres. Certes, il existe des services sur internet qui donnent des chiffres en se basant sur un certain nombre de points de ventes en France mais le résultat semblerait sujet à caution et heureusement parce qu'il me déprime. Donc, voilà, il faut attendre un an après la sortie d'un roman pour savoir où en sont les ventes, sauf, bien évidemment si ça fait un tel carton que votre éditeur est obligé de retirer des exemplaires, mais ce n'est pas mon cas.

Je crois vous avoir tout dit, sinon, n'hésitez pas à demander. Ce sera tout pour aujourd'hui.

8 commentaires:

  1. C'est fou quand même. C'est la question qui revient le plus souvent (une fois la première semaine de la sortie du roman passée). Est-ce que ça marche ? Combien sont vendus ? Et c'est difficile d'expliquer que non, on ne sait pas. On sait éventuellement combien sont partis chez les libraires, mais pas combien sont réellement vendus.

    Bref, merci pour ce message utile !

    RépondreSupprimer
  2. De rien, Nadia. ^^ Heureuse de voir que je ne suis pas seule à me sentir impuissante devant une telle question. :)

    RépondreSupprimer
  3. J'en rajouterai une couche : chaque auteur reçoit, normalement entre janvier et mars, un bordereau (si j'ai bien compris) de droits d'auteur avec les ventes de l'année PRÉCÉDENTE et ensuite, les droits d'auteur sont versés. Cependant, il faut parfois le réclamer.
    Ce qui fait que notre amie Bénédicte devrait bientôt savoir combien elle a vendu d'Opale, à moins que Gallimard n'estime qu'Opale est sorti trop tard dans l'année pour fournir des chiffres.
    Je crois que je ne suis pas claire, là.
    Sophie

    RépondreSupprimer
  4. @ Sophie : Ca dépend des maisons d'édition. Je crois que chez Gallimard Jeunesse, c'est en juin ou en septembre. Faudrait que je relise mon contrat... Faudrait déjà que je le retrouve. ^^

    P.S. : Je viens de voir qu'Amazon avait retrouvé un exemplaire d'Opale. Surtout ne l'achetez pas !Il devait servir à caler une armoire ou je ne sais quoi pour qu'ils le retrouvent comme ça, après deux jours de recherche. ^^

    RépondreSupprimer
  5. Hey, Bénédicte, je viens de regarder sur Amazon, c'est indiqué "réapprovisionnement en cours". :-)

    Mais tu as raison pour les ventes.
    Dont beaucoup se passent en office.

    C'est-à-dire que le libraire reçoit un package d'une maison d'édition (afin de rentabiliser le transport) avec plusieurs titres de la maison d'édition.

    Certains se vendront tout de suite, d'autres pas du tout. Et plus le livre est gros, plus il va mettre longtemps à se vendre.

    Au bout d'un temps, parfois un à trois mois pour les ouvrages politiques, le libraire renvoie les invendus pour "acheter" d'autres titres, souvent au même éditeur (au même groupe d'édition).
    Car de nouveau, on a le problème du transport (coûteux transport). Si le livreur arrive avec un nouvel arrivage de l'éditeur X, il peut repartir avec les retours d'office de l'éditeur X.
    CQFDire.


    Comment l'auteur peut-il avoir une impression de vendre ses livres ?

    - En se rendant chez les libraires pour voir si les piles descendent.
    (en même temps, il n'a pas accès aux réserves)

    - En regardant sur Amazon, la Fnac, le Furet du Nord, Mollat.com... (pour voir si les temps de disponibilité augmente ou pas)

    - Sur Amazon, on peut aussi se baser sur le nombre d'exemplaires à la revente. (en neuf ou en occasion). 1 revente pour 2 lecteurs, 3, 4, 5, 10, 20 ? 40 réels ?


    Certes, c'est déplaisant : l'auteur ne touche plus rien sur ces exemplaires "revendus".
    Mais un lecteur potentiel pour ses futurs livres, ce n'est pas rien. :-)

    Si on s'intéresse à la partie lecteur, je conseille aussi de regarder les "ventes" aux bibliothèques.

    http://www.lexilogos.com/bibliotheque_municipale.htm

    J'ai fait Limoges, Bordeaux, Toulouse, Marseille... tous les exemplaires des "Yeux d'Opale" sont "en prêt".

    En prêt, ça veut aussi dire vendu aux bibliothèques. :-)


    On finira aussi par regarder ici : Babelio
    http://www.babelio.com/livres/Taffin-Les-yeux-dOpale/199961
    pour voir combien de personnes l'ont lu = 14

    A ce niveau, (de même que chez Amazon) c'est rigolo de voir avec qui l'auteur est associé. :-)


    Ok, le vrai résultat sera lors de la remise du décompte de l'éditeur.
    Un décompte dont la date est notifiée, normalement, sur le contrat.

    Avant, ça me paraît difficile d'en déduire quoi que ce soit, et il faut du temps pour qu'un livre s'installe : 6 mois, un an...
    lorsque les retours d'office ont souvent lieux avant :-(
    Ne reste plus que les vendeurs en ligne pour estimer ses ventes.

    Si les ventes sont bien le graal de l'auteur.

    Bisous
    L'Amibe_R Nard

    RépondreSupprimer
  6. @ Bernard : Oui, j'ai vu aussi qu'Amazon avait remis un exemplaire en vente. Je le disais dans mon commentaire précédent. Je me demande comment ils gèrent leurs stocks... Et sinon, ça fait des mois qu'ils indiquent "réapprovisionnement en cours"

    Pour ce qui est des ventes, ça me fait plaisir qu'Opale soit dans des bibliothèques. Mon plaisir, c'est qu'il soit lu et qu'il fasse passer un agréable moment aux lecteurs. Et je regarde beaucoup les ventes, pas à cause de l'argent que ces ventes m'apporteront, faut pas se leurrer, mais surtout pour savoir si mon roman plait. Je suppose que s'il plait, le lecteur va le conseiller et donc générer une nouvelle vente. S'il ne se vend pas, c'est donc qu'il ne plait pas... voilà ma réflexion personnelle.

    Maintenant, les livres en occasion, ça peut également être des sps, hein. :)

    Bisous

    RépondreSupprimer
  7. Pour les SP, pas tous quand même :-)

    Sinon, bravo pour ta nouvelle nomination aux futuriales, dans le billet suivant.

    Bisous
    l'Amibe_R Nard

    RépondreSupprimer
  8. @ Bernard : Merci pour le bravo. :) Bisous aussi.

    RépondreSupprimer