jeudi 28 avril 2011

Rappel : Séance de dédicace à la Fnac Evry ce samedi

Une petite piqûre de rappel ! Et ça fait même pas mal. ^^

Ce samedi (le 30 avril 2011 donc), je serai en dédicace à la FNAC d'Evry (à Evry donc) à partir de 15h.

N'hésitez pas à venir m'y rencontrer pour faire dédicacer votre exemplaire ou simplement discuter.

A samedi (donc)

mardi 26 avril 2011

Critiques de Pâques

A y est ! Je suis de retour de vacances ! Je crois que c'est l'une des rares fois où je suis rentrée de vacances avec impatience. Non pas parce que mes vacances n'étaient pas bien, loin de là, mais un Bifrost m'attendait dans ma boite aux lettres et je savais qu'il contenait une critique des Yeux d'Opale. C'est donc fébrile que j'ai déchiré l'enveloppe et, fidèle à ma paranoïa coutumière, ai jeté un oeil dans la liste des "Nos critiques déconseillent vivement..." Ouf, Opale ne s'y trouvait pas. Il n'était pas non plus dans "Nos critiques conseillent vivement..." et c'est avec une certaine appréhension que j'ai cherché le paragraphe concernant Opale. Et... Et ? Et bien, la critique, signée Philippe Boulier, est bonne ! :) Je vais vous en livrer quelques extraits.

"Les deux univers qu'elle (il parle de moi) met en scène n'ont certes rien de très original, mais ils constituent un cadre confortable qui lui permet de déployer tous ses talents de conteuse. Et ils ne sont pas de trop pour mener à bien un projet de 700 pages sans baisse de régime notable. De ce point de vue, le pari est remporté haut la main."

"Par ses thématiques et le classicisme de son univers, Les Yeux d'Opale s'adresse avant tout à un public jeune. N'empêche que, même aux âges avancés qui sont les nôtres, il n'est pas interdit d'y trouver un authentique plaisir de lecture, et de reconnaître en Bénédicte Taffin une conteuse de grand talent."

Vous imaginez le large sourire sur mon visage ? ^^ Qu'un de mes textes soit critiqué dans la revue Bifrost était un rêve pour moi et qu'en plus, la critique soit bonne, là, c'est la panacée !

Et pendant que j'y suis, je vous invite à lire deux autres critiques d'Opale. Elles se trouvent sur la toute jeune librairie en ligne Nabbû et à la médiathèque de Plouzané. Merci à Angélina Aubère et Céline pour ces deux chroniques.

Je vous laisse. J'ai un Sidoine sur le feu... enfin, une Oriane... enfin, presque sur le feu... :)

jeudi 7 avril 2011

Nomination au prix révélation jeunesse des Futuriales 2011

Eh eh... J'ai décidé de ne vous laisser aucun répit ! Maintenant, c'est plusieurs fois par semaine que je vous donne de mes nouvelles !!! Gnark ! Gnark !

Non, en fait, pas d'inquiétude, c'est exceptionnel !!! J'ai une annonce à vous faire. Tenez vous bien ! Oui, à la barre, là, si vous voulez... ou asseyez-vous, tiens, ce sera encore mieux. Non, Spielberg ne m'a pas encore appelée... Je peux en placer une, oui ? ^^

Bon, voilà. "Les yeux d'Opale" fait partie des trois finalistes du prix révélation jeunesse des Futuriales 2011. Je suis plus que ravie !!!!!

Il partage l'affiche avec "Krine" de Stéphane Tamaillon et "Les Hauts Conteurs" de Olivier Péru et Patrick McSpare. J'ai entendu dire beaucoup de bien de ces deux romans alors... rien n'est joué. :) Réponse courant mai.

Et pour en savoir plus, je vous conseille le blog des futuriales. Ca se déroule le 14 mai à Aulnay sous Bois dans le 93. N'hésitez pas à venir...

mardi 5 avril 2011

Les ventes d'un roman

Alors, tout d'abord, un grand merci à la personne qui a acheté le dernier Opale sur le site Amazon. Je m'apprêtais justement à lancer un appel au secours pour ce pauvre exemplaire esseulé ! Alors, un grand merci à vous, inconnu(e) si vous passez par là. Bon, le revers de la médaille, c'est qu'Amazon n'a pas jugé bon, d'après ce que j'en comprends, de reconstituer ses stocks mais bon, tant pis, vous savez ce qu'il vous reste à faire pour obtenir un Opale ! Vous rendre chez votre libraire préféré !

Je vais profiter de ce message pour vous expliquer un peu comment fonctionnent les ventes. J'étais persuadée de l'avoir déjà fait mais il semblerait que non.

Alors, nombreux sont les gens qui me demandent comment se passent les ventes d'Opale et si j'ai des chiffres, et quasi invariablement, je réponds "pas bien" et "non". Il semble que ce soit mon petit côté parano qui rejaillisse dans ces réponses d'après certains de mon entourage que je ne nommerai pas. En fait, les vraies réponses sont "Je ne sais pas parce que..." et "non". Ca va ? Vous avez suivi ? Ben oui, je ne sais pas comment se passent les ventes d'Opale parce que je n'ai pas de chiffres des ventes. Et pourquoi je n'ai pas les chiffres ? Je vous explique ce que j'ai compris de l'affaire.

Peu de gens le savent, enfin, peu de gens en dehors du milieu éditorial s'entend, mais quand un éditeur édite un livre et le vend à un libraire, il ne le vend pas vraiment. En fait, le libraire qui achète un livre à l'éditeur a un an pour le vendre, lui, à un client et s'il n'en trouve pas, il renvoie le dit livre à l'éditeur qui le rembourse. Donc, vous l'aurez compris, avoir des chiffres avant un an, c'est un leurre. Parce que l'éditeur ne peut compter que ce qu'il vend aux libraires et qu'il n'a strictement aucune idée de ce que le libraire en question va lui renvoyer. Alors, certes, il existe les réapprovisionnements des libraires auprès de l'éditeur mais je n'ai pas les chiffres. Certes, il existe des services sur internet qui donnent des chiffres en se basant sur un certain nombre de points de ventes en France mais le résultat semblerait sujet à caution et heureusement parce qu'il me déprime. Donc, voilà, il faut attendre un an après la sortie d'un roman pour savoir où en sont les ventes, sauf, bien évidemment si ça fait un tel carton que votre éditeur est obligé de retirer des exemplaires, mais ce n'est pas mon cas.

Je crois vous avoir tout dit, sinon, n'hésitez pas à demander. Ce sera tout pour aujourd'hui.