samedi 19 mars 2011

Virée au salon du livre de Paris 2011

Je subis des pressions ! Non, j'ai pas dit "Je bois des pressions !" Concentrez-vous un peu ! Tsss... Des pressions pour raconter mon court séjour au salon du livre de Paris 2011. Alors ? Ben, lâchement, je vais y céder.

Il faisait plutôt beau pour un 18 mars et je n'ai pas eu besoin de me couvrir d'un gros manteau ou d'un gros pull, ce qui est plutôt agréable pour visiter un salon du livre où il fait plutôt chaud. Oui, je sais, vous vous en moquez...

Bon, alors, j'ai retrouvé un ami qui m'a demandé spécifiquement de ne pas apparaître dans le compte-rendu sur mon blog et dont je ne parlerai donc pas. Ca, c'est fait. ^^ Je rencontrais en premier Pénéloppe Labruyère, la responsable de la jeune maison d'édition de la Madolière dont j'ai eu l'honneur d'acheter le premier ouvrage voilà quelques années. Un très bon recueil d'ailleurs ! Je vous invite à aller regarder de plus près les titres de cette petite maison d'édition. Vous y trouverez certainement votre bonheur. Après quelques embrassades et la présentation de l'auteur en cours de dédicace, et voyant les lecteurs prendre le stand d'assaut, avec mon ami que je ne nommerai pas, nous avons pris la direction du reste du salon.

Nous sommes passés par le stand de Gallimard Jeunesse, histoire de voir la hauteur de la pile d'Opale, puis nous avons commencé par un coin et fait toutes les rangées. Cette année, c'est étonnant mais j'ai eu l'impression qu'il y avait plus d'allées qu'à l'accoutumée et paradoxalement moins de choses intéressantes à voir. Enfin, ce qu'il y a de bien quand on commence à connaître un peu les gens dans les salons, c'est qu'on peut faire des pauses pour discuter. C'est ainsi que je suis allée voir Gilles Dumay des éditions Denoël qui dirige la collection Lune d'Encres. Pour ceux qui l'ignoreraient, c'est grâce à lui qu'Opale est chez Gallimard Jeunesse. Nous avons donc parlé d'Opale, du Grand Prix de l'Imaginaire et des résultats escomptés, de ce sur quoi je travaillais actuellement, de la caisse qui était tombée en panne etc... C'était bien sympathique et très intéressant.

Nous avons repris nos déambulations et avons constaté, à mon grand désarroi, que la pile d'Opale en un peu plus d'une heure n'avait pas diminué d'un iota. Mais bon, faut se faire une raison... Après quelques achats, nous sommes arrivés au stand Mnémos tout au bout du salon. J'y ai craqué pour le H.P Lovecraft, "Les contrées du rêve". Ceux qui savent que je déteste cet auteur s'en étonneront peut-être mais en fait, ce sont ses histoires de monstres que je n'apprécie guère. Par contre, là, je sens que je vais me régaler.

Et puis, nous sommes parvenus à l'autre bout du salon et là, nous avons sorti le plan des lieux et y avons cherché Bragelonne et l'Atalante. En vain ! Frustrés par cette absence et avec l'impression que le salon n'était pas à la hauteur de nos espérances, nous sommes repartis et avons mangé dans une brasserie toute proche.

Et là, oui, je dois bien l'avouer, j'ai bien bu une bière mais c'était pas une pression. :)

8 commentaires:

  1. Des pressions, des pressions... j'aurais pas dit comme ça, moi !^^
    Mais merci quand même ! :p

    RépondreSupprimer
  2. On reconnaît la ch'ti à ses bières. Non, ne me tape pas dessus, je n'ai rien dit.
    Je t'envie ! Je rêve de déambuler dans un salon, même en temps que simple flâneuse mais les dures lois de la géographie rendent les kilomètres incompressibles. Mais j'irai à Montreuil, dussé-je y aller à pied !
    Je n'aime pas non plus Lovecraft. Par certains côtés, il me rappelle certaines nouvelles de Poe : "ce que je vis était tellement abominable que je ne peux vous en parler". Remboursez ! Tu me diras quoi pour ton Lovecraft sans monstres.
    Sophie la pottée et non l'empotée

    RépondreSupprimer
  3. Mais comment vous faites pour arriver ici aussi vite ? Vous tiendriez-vous à l'affût toutes les deux ? ^^ Continuez. J'adore. ^^

    @ Aline : De rien. ^^

    @ Sophie : Mais y a des salons près de chez toi, non ? Ils ne sont pas qu'à Paris, tu sais ? :) Et oui, je suis d'accord avec toi pour Lovecraft, son indicible me fait péter les plombs... Groumpf ! Et entendu, je te dirai. :)

    RépondreSupprimer
  4. 1) J'attendais, c'est vrai.
    2) J'ai pas fb, mais quelqu'un que je connais, si. Si tu vois ce que je veux dire... :p

    RépondreSupprimer
  5. Oh oui, je suis à l'affût ! Merci FB !
    Les salons par chez moi, oui, il y en a un bien, je vais essayer d'y aller en juin.
    P.
    Refrain : Elle signe d'un P qui veut dire Pottée

    RépondreSupprimer
  6. On peut te suivre avec Netvibes et d'autres lecteurs de fils RSS.
    Facebook doit en avoir un incorporé (?)

    Sur Netvibes.
    Dès que tu publies, un message apparaît en gras et en haut dans le rectangle "Les débuts d'un écrivain" :-)

    En tout cas, je suis content que ce soit bien "au" et non "du" dans ton titre ;o))

    Bisous
    l'Amibe_R Nard (qui aime bien Lovecraft, monstres ou pas monstres, même si les personnages tombent tous - un peu trop facilement - dans la folie)
    l'Amibe_R Nard

    RépondreSupprimer
  7. C'est très bien d'avoir respecté mon anonymat. L'année prochaine, je vérifierai les éditeurs présents avant d'avoir parcouru toutes les allées.

    M. X

    RépondreSupprimer
  8. "Virée du salon du livre de Paris 2011"
    Mouahaha !
    Merci pour cette tranche de rigolade de bon matin (oui, quoi ? 12h49 le dimanche, c'est pas de bon matin ?!), l'Amibe_R Nard !

    RépondreSupprimer