dimanche 13 juin 2010

Les Futuriales d'Aulnay Sous Bois 2010

Hier, j'ai passé une superbe journée. Je me suis rendue aux Futuriales qui avait lieu à Aulnay sous Bois et je ne me suis pas ennuyée un seul instant. Je n'en ai pas eu le temps.

Que je vous situe le cadre. Un petit parc arboré dans la banlieue Nord-Est de Paris. Des jeux pour enfants, un manège, une toute petite tente où les bambins pouvaient se faire maquiller, une à peine plus grande pour accueillir les deux conférences de la journée et enfin la plus spacieuse pour la quarantaine d'auteurs venus dédicacer leurs ouvrages. Sagement alignés sur 3 rangés, leurs romans devant eux, le stylo en main, ils attendaient le quidam pour dédicacer leurs oeuvres... Enfin, ça, c'est la théorie. En pratique, tout le monde discutait avec tout le monde, assis ou debout, auteurs, lecteurs, dessinateurs mélangés, dans un joyeux brouhaha. On ne reconnaissait les auteurs qu'à leur tête, quand on les connaissait, ou par la petite plaque qu'ils affichaient en jaune pâle sur leur chemise.

J'ai commencé mon tour avec Christophe Lambert qui m'a généreusement offert l'un de ces derniers ouvrages "Vegas Mytho" dont les critiques disent beaucoup de bien. En échange, dès septembre arrivé, je lui offrirai un Opale. J'ai rapidement été rejointe par Scribo Loutre et Kirna, toutes deux de la mare Cocyclics, et ensemble, nous avons entrepris de dévaliser les piles de livres dressées par les libraires d'Aulnay et de discuter avec tous les auteurs présents et de papoter entre nous : David Bry, Laurent Poujois qui a d'ailleurs gagné le prix Futuriales pour son roman "L'ange Blond" et nous a dit tout le bien qu'il pensait de la mare, Jean-Philippe Depotte, Serge Lehman, Laurent Gidon alias Don Lorenjy, Sire Cédric, Claire Panier-Alix...

Tous ont été on ne peut plus charmants et nous avons allègrement parlé techniques d'écriture, édition et romans en court. Un très agréable moment que j'ai hâte de reproduire l'année prochaine. Les organisateurs ont vraiment su donner une ambiance conviviale à ce premier festival SFFF d'Aulnay et j'espère qu'ils recommenceront l'année prochaine.

lundi 7 juin 2010

Anecdotes

Aujourd'hui, j'ai quelques petites anecdotes amusantes à vous raconter.

Tout d'abord, à la fin de la semaine dernière, il m'est arrivé un truc étrange. J'étais en centre ville à vaquer à mes occupations et brusquement une femme m'arrête en pleine rue. Elle retire ses lunettes de soleil. Je fais de même. Oui, oui, il faisait chaud, très chaud ! Elle me demande si je la reconnais. Et oui... bien sûr... c'est une dame que j'ai rencontré lors d'une visite à la bibliothèque et nous avions discuté de choses et d'autres et notamment d'Opale. Ca datait de plusieurs mois et je n'avais pas eu le loisir de la revoir. Je lui signifie donc que je la reconnais bien, ce qui déjà pour moi est un petit miracle vu que je n'ai aucune mémoire des visages. D'ailleurs si je ne vous reconnais pas, n'en prenez pas ombrage. ^^ Et là, elle me demande "Je venais vous demander. Votre livre. Il est déjà sorti ?" J'avoue être restée un peu sur le cul avant de répondre que non, il sortait en septembre et qu'il partait sous presse à la fin du mois prochain. Et la dame est repartie sur ces mots. Je peux vous dire que ça fait une drôle d'impression d'être ainsi accostée. :)

Ah, et j'ai reçu un retour négatif d'un éditeur pour les Yeux d'Opale. Si, si ! Comme quoi il ne faut jamais désespérer de recevoir un retour d'un éditeur. Ca peut prendre plus de deux ans. Ce qui m'agace un peu c'est que je l'avais prévenu, il y a un an, qu'Opale avait déjà trouvé un éditeur et qu'il ait donc passé du temps sur mon roman pour rien. Mais à la réflexion, il me semblait bien que mon interlocuteur au téléphone n'écoutait pas ce que je disais... Bref, tous les éditeurs m'ont à présent répondu et renvoyé mon manuscrit. Et la grande question demeure : que vais-je faire de ces monstres de papier ? Je sens que je vais m'acheter une machine à faire des briquettes de papier pour alimenter la cheminée cet hiver. ^^

Qu'est-ce que j'ai fait ce week-end ? Samedi... farniente... et hier... comme j'ai un peu de mal à retourner bosser sur Sidoine à cause des interruptions corrections pour Opale, j'ai décidé d'avancer le scénario du second tome d'Opale. Et je me suis retrouvée à calculer des distances et le temps nécessaire pour les franchir par divers moyens. A pied, à dos de daquinal (une sorte de cheval opalien), à dos d'oranpia (une sorte d'oiseau opalien), avec un crapchot (une créature opalienne qui avance par sauts de téléportation et apporte des messages), en aéro (une barge de haute technologie qui vient d'Onyx), en armée (on ne le sait pas toujours mais une armée va moins vite qu'un homme seul à pied. En même temps, c'est logique). Voilà... Tout cela doit faire que les événements arrivent au moment où je désire qu'ils arrivent et c'est pas du gâteau. :) Mais le scénario est génial. Il faut juste que j'arrive à tout faire concorder et que je termine Sidoine pour me lancer dans cette nouvelle écriture. :)

D'ailleurs, je vais aller bosser !

mardi 1 juin 2010

Un mois plus tard...

Ouh là là... Ca fait presque un mois que je n'ai pas donné signe de vie... Gasp. Le temps passe à une de ces vitesses ! En fait, c'est la faute à Facebook. Depuis que j'y ai un compte, j'abreuve mes coreligionnaires de pensées diverses et variées et du coup, je m'exprime moins au travers de mon blog. Mais bon, là, j'ai enfin trouvé plus de cinq minutes, donc...

Côté Opale, je viens de terminer les toutes dernières corrections. Vendredi dernier, on m'a tendu un piège chez Gallimard Jeunesse. On m'avait invitée à m'y rendre vers 9h30 pour prendre connaissance des dernières corrections. D'habitude, c'est surtout l'occasion de discuter un peu du roman avec mon éditrice, de prendre un énorme paquet de feuilles sous le bras et de rentrer chez moi pour étudier tout ça. Mais là, on m'a fait assoir sur une chaise et le dit paquet a été analysé de la première à la dernière feuille. Résultat ? Je suis ressortie à 18h, épuisée, un peu dans les brumes, mais heureuse d'avoir travaillé aussi intensément et émerveillée par le travail de la correctrice. Du coup, je n'ai eu que de petites choses à vérifier et à réécrire ces derniers jours et je viens d'envoyer le tout à mon éditrice. Ce qui explique le fait que j'ai enfin 5 minutes pour m'occuper de mon blog. ;)

Côté Sidoine, j'ai dépassé les 200 000 signes et je pense reprendre l'écriture demain s'il n'y a pas de souci du côté d'Opale. Tout se passe bien. Mes personnages sont à Girons, ce qui correspond à Chinon dans le parcours de Jeanne d'Arc, et vont bientôt partir pour Ortillan / Orléans. J'espère toujours terminer pour septembre mais je commence à me demander si ce sera bien 2010.

Côté second tome d'Opale, il me manquait un petit quelque chose pour expliquer le comportement de certains de mes personnages et un ami m'a soufflé l'idée ce week end, indépendamment de sa volonté. Du coup, il faut que je termine le scénario. Je croyais déjà l'avoir achevé mais cela devait être dans mes rêves car il s'arrête au chapitre 35 alors que l'histoire va très certainement aller jusqu'au chapitre 50. J'ai hâte d'en démarrer l'écriture et en même temps, je crains de ne pas parvenir à me replonger dans l'ambiance. On verra bien.

Eleonora a eu la bonté de me laisser tranquille après quelques jours enfiévrés. Pour l'instant, je la laisse de côté mais j'ai hâte de travailler sur ce projet également. Là aussi, je dois écrire le scénario. J'ai une idée en tête mais il va falloir la détailler davantage.

Voilà, je vous ai presque tout raconté. J'en garde un peu pour un prochain post que j'espère moins lointain.