vendredi 5 février 2010

Mes mésaventures bruxelloises

Une fois n'est pas coutume, je vais vous raconter une histoire... une histoire qui m'est arrivée dernièrement. Je vous préviens que ça va être long ! ^^

Tout a commencé un vendredi en début d'après-midi. J'avais passé la matinée à courrir partout pour que tout soit prêt pour mon week end bruxellois et ô miracle, tout était prêt à l'heure ! Je prends donc ma voiture et en route pour la capitale belge ! Je n'avais pas fait 20 kilomètres que je tombe sur un embouteillage et pas le petit embouteillage. Voitures et camions à l'arrêt à l'entrée de l'autoroute et j'ai mis une heure pour faire 10 petits kilomètres. Il y avait un accident et quand je suis parvenue à sa hauteur, les responsables de l'autoroute finissaient de nettoyer les lieux. L'embouteillage était terminé. En gros, j'aurais pu partir une heure plus tard de chez moi, sans me presser. Groumpf !

Je prends donc l'autoroute et arrive au péage. Je sors ma carte bleue, paye et reprends de la vitesse. Par acquis de conscience, je jette un oeil à l'endroit où doit se trouver ma carte bleue dans l'habitacle et horreur, je ne la vois pas. Je farfouille tout en continuant de rouler sans mettre la main dessus. Je me décide à me garer sur la bande d'arrêt d'urgence pour faire des fouilles approfondies et... rien. J'en déduis que je l'ai oubliée dans l'automate du péage. Dans le rétroviseur, je vois encore le péage au loin. Je fais marche arrière sur la bande d'arrêt d'urgence en prenant bien garde de ne surtout pas rouler sur la voie de droite. Et... Bing ! Un énorme choc ! Je suis rentrée dans la glissière de sécurité, glissière de sécurité qui commence juste à cet endroit. Marche avant. Sortie précipitée de la voiture pour aller constater les dégâts. La porte arrière droite est dans un triste état. La glissière est passée par en dessous, faisant ressortir la tôle. On dirait une oeuvre de sculpture moderne. Groumpf !

Bon, maintenant que j'ai abîmée la voiture, plus rien ne m'empêche de continuer ma marche arrière pour rejoindre le péage... J'y retourne donc sous les klaxons et les appels de phares des camions. Oui, je sais, c'est idiot de faire une marche arrière sur une bande d'arrêt d'urgence, idiot et dangereux. Je promet de ne plus recommencer. D'ailleurs, il me faut bientôt me rendre à l'évidence. Le péage est trop loin et une entrée sur l'autoroute m'empêche d'y retourner. Et puis, que pourrais-je y faire ? Dire que j'ai oublié ma carte ? Depuis le temps... Groumpf !

Je reprends donc ma route, anéantie. Je n'ai pas d'autres moyens de paiement avec moi, à peine 40 euros dans mes poches. Sans ma carte bleue, je me sens toute nue. Je croise les doigts pour que l'autoroute que j'emprunte ne soit pas payante. Elle ne l'est pas ! Les nuages, la pluie, la neige non plus d'ailleurs. Alors que le soleil se couche, je me retrouve sur une route inconnue, sous les éléments déchainés. Heureusement, j'ai mon gps ! Sa petite voix me réconforte et surtout le temps affiché. Il ne me reste plus qu'une heure de route, une toute petite heure. Bruxelles se rapproche et je pénètre enfin dans la ville pour me retrouver... dans les embouteillages de fin de journée, ceux que je voulais éviter en partant tôt. Je prends mon mal en patience. Mon gentil gps continue d'afficher la même durée mais l'heure d'arrivée ne cesse d'augmenter. Sur les une heure prévues, j'en mettrai en fait deux. Groumpf !

Enfin, je suis arrivée à l'hôtel ! Oublions l'étroite entrée du parking de l'hôtel qui permet tout juste le passage de ma voiture. Vu ce que je viens de vivre, c'est le cadet de mes soucis. Oublions aussi le prix indécent de 25 euros pour 24h... je n'ai aucune envie de chercher un autre parking. Ma première démarche est de faire opposition à ma carte mais bien sûr, je n'ai pas sur moi le numéro de téléphone pour cela. D'ailleurs, pensez toujours à l'avoir sur vous. Le gentil réceptionniste de l'hôtel compose un numéro sur son téléphone et me tend le combiné. Un gentil monsieur me dit faire le nécessaire pour moi et que je suis couverte par le fax qu'il envoie à ma banque. Chouette ! Mais il faut que je contacte ma banque en urgence parce que ma carte bleue n'est pas bloquée. C'est juste un fax pour dire que je suis de bonne foi si quelqu'un utilise ma carte à mon insu. Groumpf !

Je demande le numéro de ma banque au réceptionniste qui très gentiment me le fournit. J'appelle... et j'entends un bip... bip... de très mauvais augure. Il est plus de 18h. Ma banque doit être fermée et ils n'ont pas mis de message. Je laisse tomber pour la soirée. Je vais profiter de Bruxelles ! Sortie de l'hôtel sous un ciel dégagé et sous une température clémente. Dix minutes plus tard, une véritable tempête de neige se déchaine sur la ville. Transie de froid, trempée, j'arrive au magasin de chocolats convoité ! pour découvrir qu'il est exceptionnellemt fermé pour le week end. Groumpf !

Au restaurant, ce soir là, je pense à ma carte bleue et à tous ces gens qui doivent être en train de l'utiliser, goguenards, pour payer leur péage. Je me vois déjà devant un tribunal et un juge acariâtre expliquer que non, je ne suis pas passée une centaine de fois au péage ce jour là. Son rire mordant me laisse sans espoir. Je devrais payer quand même... Heureusement, la bière belge fait des miracles et après quelques verres, j'en oublie mes tracas de la journée.

Après une bonne nuit de sommeil, je rappelle ma banque. Bip... bip... me réponds mon téléphone. Bon, allons faire un tour sur internet... mais c'est payant en Belgique et cher ! Mais bon. Je ne vois pas d'autre possibilité. Je découvre abruptement que ma banque a décidé de ne plus fournir de numéro de téléphone pour ses agences. Non, non... enfin, on trouve un numéro de téléphone pour bloquer la carte dans ma banque. Miracle ! Après 5 longues minutes d'attente au téléphone, on m'annonce que le système informatique est en panne et qu'on ne peut pas bloquer ma carte. J'ai envie de me tirer une balle... mais on me donne un nouveau numéro de téléphone. Et là, ô miracle, on me bloque enfin cette fichue carte ! Mais l'amie que je devais rencontrer et avec qui j'avais prévu ce rendez-vous depuis plusieurs semaines m'appelle. Elle est malade et ne peut venir. Je soupire et, philosophe, lui explique que c'est juste la cerise sur un énorme gâteau. Je m'y attendais... mais Groumpf !

Le reste du week end a été super ! Vraiment, même sous la neige, Bruxelles est une ville que je vous invite à aller découvrir. On y mange bien, on y boit bien, pour des prix raisonnables. L'architecture est étonnante par son mélange d'anciens et de nouveaux bâtiments. Il y a de chouettes musées dont celui sur la bd que je vous conseille. C'est un peu cher mais dans le prix, il y a l'accès au salon bibliothèque des lieux avec des armoires remplies de bd de toutes sortes et des coussins qui m'ont eu l'air bien confortables. Ca vaut le détour. Croyez moi.

Depuis, je suis rentrée chez moi, sans soucis. Mon assurance couvre les dégâts causés à ma voiture. Il faut juste changer la porte... Et en attendant les réparations, je l'ai bandée avec un beau tissu, histoire qu'aucun gamin ne vienne se blesser sur les éclats de métal. J'ai récupéré une carte bleue hier. Si on oublie la grosse baisse de mon bonus, on peut dire que j'ai passé un excellent week end. :)

Et merci à ceux qui auront lu mes mésaventures jusqu'au bout...

12 commentaires:

  1. Eh bien, c'est ce qu'on appelle un weekend rocambolesque. Tu dois être fatiguée après de telles aventures?

    RépondreSupprimer
  2. Ma pauvre chérie. Quel we catastrophe! Hélas, oui, Internet est cher en Belgique (une situation bien triste de monopole!)Enfin, tant que tu n'as pas été blessée, c'est le principal !

    RépondreSupprimer
  3. Ma pauvre ! Heureusement, plus de stress qu'autre chose, mais je compatis. C'est le genre d'histoire dont on se souvient longtemps !

    RépondreSupprimer
  4. Que d'émotions ! <3

    Heureusement, il y a a eu plus de peur que de mal. Et finalement, est-ce que tu as trouvé un autre magasin de chocolats à Bruxelles pour te consoler ? ;-p

    RépondreSupprimer
  5. Mama !

    En marche arrière sur l'autoroute... :-))

    Et faire le tour pour revenir au péage ?

    Bon, pas grave, tu es revenue intacte et c'est bien ce qui compte le plus. Avec plein de souvenirs, et ça n'a pas de prix.

    Soit, les souvenirs n'étaient pas tous amusants, mais ils sont inscrits d'une pierre blanche dans ta mémoire. Et tu n'oublieras pas de si tôt ce Week-end en Belgique. :-)

    Bisous
    l'Amibe_R Nard

    RépondreSupprimer
  6. @ Tsumire : Oui, je suis arrivée épuisée en Belgique et il m'a fallu le lundi pour m'en remettre. ^^

    @ Black : Heureusement que personne n'a été blessé. J'aurais été anéantie. C'était de la bêtise cette marche arrière sur l'autoroute. Ne faites jamais, jamais ça !

    @ NB : Oui, ça fait des choses à raconter. ^^

    @ Macalys : On a bien trouvé un autre magasin de chocolats mais ils ne sont pas aussi bons que les habituels. Heureusement que la bière belge réconforte ! :)

    @ Bernard : Et oui, tu ne le savais pas mais je suis un peu foldingue, assez pour faire des trucs délirants comme une marche arrière sur l'autoroute. Je n'ai pas réfléchi, en fait. Faire le tour pour revenir au péage, pour y penser, il fallait réfléchir et avoir une carte des lieux aussi... Comment dire à un gps qu'on veut revenir au péage ? :) En plus, ça n'aurait servi à rien. Non, le mieux est l'opposition à la carte bleue. En tout cas, j'ai très envie de retourner en Belgique, mais sans accroc cette fois. Je risque plus d'oublier ma carte ainsi. :)

    RépondreSupprimer
  7. Et moi qui me plains parce que "Oui, tu seras inspectée !" - "Non tu seras pas inspectée aujourd'hui !" - "Si tu le seras en fait !" - "Bon finalement, tu le seras pas, l'école sera fermée !" - "Ah ben l'école sera pas fermée, mais il ne viendra pas pour autant..."

    Il t'arrives quand même des choses bien plus... humm... folles ? Non, c'est pas le mot juste. Bref. J'espère que tu t'es bien reposée depuis, et que tu n'auras pas eu de problèmes sur ton compte... Bises.

    RépondreSupprimer
  8. @ Aline : Je me suis bien reposée et pour l'instant aucun retrait sur ma carte bleue. Je vais peut-être la retrouver quelque part, un jour. Quant à ton inspection, je comprends que ce n'est pas drôle d'attendre ainsi un événement stressant. J'espère que ton inspecteur passera bientôt et que ça te soulageras. Bisous.

    RépondreSupprimer
  9. Pas de doute, ça ressemble bien à une bonne tranche de poisse ! ^^
    Il y a un moment où on s'avoue vaincu, mais avant, quelle envie de gueuler...

    RépondreSupprimer
  10. Yep, c'est dans de tels cas qu'on attend le lendemain avec impatience. ^^

    RépondreSupprimer
  11. T'as pensé à vendre tes aventures à Hollywood ?
    J'imagine déjà le titre "Murphy's Week-End !"

    RépondreSupprimer
  12. Non, je n'y ai pas pensé, Lojie, mais je devrais peut-être. Un scénario catastrophe. ^^

    RépondreSupprimer