jeudi 28 janvier 2010

Loi jeunesse

Ouh là, ce que le temps passe vite. Déjà plus d'une semaine que je ne me suis pas montrée ici. Il faut dire que les corrections d'Opale occupe la majorité de mon temps libre et ça avance bien, j'ai dépassé la moitié du roman. C'est un peu pénible parce que j'ai parfois envie de réécrire des passages entiers mais je me retiens. Le but n'est pas de réécrire Opale mais d'améliorer l'existant. :)

Aujourd'hui, je voulais vous parler de la loi jeunesse. Certains d'entre vous la connaissent peut-être. Pour ma part, je l'ai découverte quand Gallimard a décidé de publier mon roman. C'est la loi n°49-956 du 19 juillet 1949 sur les publications dédiées à la jeunesse . Ca ne date pas d'hier. Cette loi oblige les maisons d'édition pour les jeunes, que ce soit les touts petits ou les adolescents, à faire attention au contenu des manuscrits publiés. D'ailleurs, je me vois contrainte de retirer certains mots de mon texte pour cette raison mais pas d'inquiétude, ça ne change rien à l'histoire. :)

Cette loi est bien, très bien même puisqu'elle empêche les jeunes de tomber sur un contenu inadapté mais je ne peux m'empêcher de penser qu'elle est illusoire voire hypocrite. Pourquoi ? Parce que les jeunes ont accès par le net et la télévision à des choses qui ne sont pas de leur âge. Vous me direz que c'est aux parents de vérifier ce qu'ils font sur l'ordinateur et devant la télé et que le CSA a même mis en place une classification des films pour aider les parents. Certes... mais je vous invite à compter le nombre de cadavres, coups de feux, propos virulents, orduriers entendus à la télé à des heures de grande écoute et bien avant 20h lors des présentations des téléfilms et autres séries américaines policières ou autres. Je vous invite à observer les spots publicitaires qui se veulent choquant pour empêcher des morts sur nos routes, les gens de fumer ou autres joyeusetés.

Alors, oui, il faut une loi pour que les textes que lisent nos chères têtes blondes ne soient pas truffées d'anecdotes sanglantes ou particulièrement violentes mais à quoi bon une telle loi quand nos enfants sont soumis au matraquage aggressif du petit écran ? A quand un vrai respect de nos enfants par la télévision ?

8 commentaires:

  1. Hi hi hi !

    Trop amusant.

    Cette loi sert avant tout à la censure... et, dans une moindre mesure, à rendre les éditeurs et auteurs responsables devant la justice.

    Car tu parles de la télévision... sans regarder Internet. Et là, on rit très fort sur les contenus ! :-))

    Bisous
    l'Amibe_R Nard

    PS : Pour les mots que tu retires, j'en veux bien une liste. ;-)

    RépondreSupprimer
  2. @ Bernard : Je ne parle pas d'internet parce que, sauf erreur de ma part, il n'y a pas de csa sur internet. On ne s'étonne donc pas du contenu inapproprié. C'est différent avec la télé.

    @ Bernard et NB : Une liste... tsss... Je vais y réfléchir. ^^

    RépondreSupprimer
  3. Ouais, moi aussi je la veux bien cette liste ! Je parie que la moitié de mes élèves connaissent quand même ces mots là ! (Oui, bon, les CE2 de l'année dernière, parce que après tout, mes CP-CE1 actuels, ça ferait ptet peur s'ils les connaissaient...)

    RépondreSupprimer
  4. Je trouve ça également très très hypocrite quand on voit le monde dans lequel l'on vit... mais bon :) bon courage encore pour les corrections.

    RépondreSupprimer
  5. Je ne suis pas d'accord avec les commentaires précédents. Il y a une différence entre ce qui est vu et ce qui est lu. Quand on voit, on peut toujours tourner la tête. Ou le parent peut éteindre la télévision. Mais quand on lit, on est seul avec le livre. Et les mots restent figés dans l'imagination.
    Alors, oui, il me paraît indispensable de faire attention à l'écrit, parce que sa force est sous-estimée.
    Une question pourtant : le tome 4 de Twilight, où l'on décrit l'accouchement dans toute son horreur, reste classé jeunesse?!

    RépondreSupprimer
  6. J'ai l'impression que la seule réponse qu'on donne aux problèmes, c'est: on va faire une loi pour ça.

    Bises à toi :D
    Syven

    RépondreSupprimer
  7. En fait, il n'y a pas vraiment de liste de mots à retirer d'un roman jeunesse. Je pense que les mots qui choquent les éditeurs sont fonction du contexte et de leur propre sensibilité. C'est, en quelque sorte, de l'autocensure. Donc, désolée, mais vous n'aurez pas de liste. :)

    Je ne suis pas d'accord avec toi, Shaya. Les images peuvent autant blesser, voire plus, que des mots. Un mot, tu prends le temps de le lire. Une image, on te l'impose. Certes, il suffit de tourner la tête, mais il m'est arrivé plus d'une fois de ne pas avoir le temps de tourner la tête ! Quant à changer de chaine, il faut encore avoir la télécommande sous la main. Un roman me choque beaucoup moins. J'en ai lu un récemment, dont il faut toujours que je fasse la critique sur ce blog d'ailleurs, qui racontait des horreurs. Jamais je n'aurais regardé un film d'une telle violence. Par contre, j'ai lu le livre parce que je pouvais aller à mon rythme, attendre d'avoir digéré le contenu avant de lire la suite, prendre le temps. Et cela est impossible avec un film ou on demeure passif ou alors, il faut l'avoir en dvd et se le passer par bribes, pas évident. Donc, qu'on fasse une loi jeunesse pour les livres, c'est super ! Mais qu'on fasse la même chose pour la télé, grands dieux ! Sinon, à quoi ça sert ? On dirait que nos têtes dirigeantes pensent les livres plus dangereux que la télé... Un comble, non ?

    RépondreSupprimer