vendredi 30 octobre 2009

A l'inconnu de Greensboro

On m'avait dit que tenir un blog n'était pas de tout repos et tête de mule commme je suis, je n'ai pas écouté cet avertissement. D'un côté, j'ai bien fait, parce que j'aime beaucoup tenir ce blog. D'un autre côté, trouver des choses à raconter qui soient suffisamment intéressantes pour les gens qui passent sur mon blog est parfois aussi difficile que de trouver un sujet pour une nouvelle.

Il y a peu, un ami qui se reconnaitra me demandait pourquoi je tenais un blog. Etait-ce pour toucher beaucoup de gens ou simplement pour garder traces de mes pensées, de mon avancée dans le monde de l'édition ? Bien que mon objectif premier ait été de faire un journal de mes recherches pour trouver un éditeur à Opale, je dois bien avouer qu'aujourd'hui, je consulte régulièrement google analytics pour savoir combien de personnes sont venues trainer sur mon blog et je dois bien admettre que je suis déçue si ce nombre diminue. Je pense que la majorité des bloggueurs agissent de même et ressentent la même chose.

Ce n'est pas que du travail de tenir un blog, c'est aussi une certaine angoisse, celle de décevoir, et finalement, c'est très proche de l'écriture. Quand on écrit un roman, une nouvelle, le moindre bout de texte, on a envie de faire pénétrer notre lecteur dans notre univers, de voir briller ses yeux d'excitation ou de tristesse ou de peur, selon l'émotion qu'on veut faire partager. Un blog a ceci de commun avec un roman qu'on ne sait qu'il plait que par rapport au nombre de personnes qui y viennent ou l'achètent, plus rarement par les retours obtenus. Heureusement, les chiffres de vente d'Opale ne devraient pas me parvenir au quotidien. Ca devrait m'éviter de m'arracher trop les cheveux. :)

Mais un blog réserve aussi d'heureuses surprises. Vous le savez... quelque part, avec google analytics, je vous espionne. L'une des possibilités de ce jouet est de voir d'où viennent les internautes et cherchant à savoir si Scott Westerfeld repasse par là (mais non, il n'est pas revenu ou alors, il a déménagé. ^^) je regarde souvent cette mappemonde virtuelle. Et jour après jour, je vois clairement la même personne venir encore et toujours. A priori, je ne la connais pas, mais je voudrais lui dire merci. Elle ne laisse pas de commentaire, peut-être par timidité ou parce qu'elle n'a rien à dire, tout simplement, mais je voudrais lui faire savoir que ses visites quotidiennes me font chaud au coeur. Alors, qui que tu sois, inconnu de Greensboro en Caroline du Nord, merci. Ce message est pour toi. :)

Sur ce, je m'en vais retourner dans la vraie vie. Un roman attends que je termine sa bêta lecture. :)

mardi 27 octobre 2009

Du travail et encore du travail...

Les affaires reprennent, doucement mais sûrement.

Non, toujours pas de nouvelles de mon éditrice. C'est long et j'espère que ça ne présuppose pas de mauvaises nouvelles. Je vous tiens au courant, quoi qu'il en soit.

Ayant un peu de temps et aucun projet sur le feu, puisque que je coince lamentablement sur Sidoine, je me suis attaquée à trois nouvelles. La première, "La machine à voler le temps" pour l'AT tempus fugit de Station Fiction, est terminée et envoyée. Je l'ai écrite étonnamment vite et étonnamment facilement. Je ne sais pas si ça se fait habituellement mais voici les quelques lignes du début.

"Je n'ai jamais été quelqu'un de très patient, même enfant. Avec l'âge, je
pensais que ce besoin impérieux d'avoir réponse à toutes mes questions
s'estomperait, me laisserait en paix, mais au contraire, il gagna en force alors
que je quittais l'adolescence. Cela n'aurait eu guère d'importance, comme pour
tant d'autres impatients, s'il n'y avait eu ce rêve, un rêve que je crus d'abord
d'essence divine et que je considère aujourd'hui comme le cadeau empoisonné d'un
être abject et démoniaque."
La seconde traitera du corps et sera pour l'AT "Le Corps" de Parchemins & Traverses. Je n'ai pas encore écrit un seul mot. J'ai l'idée mais il me manque une explication scientifique pour la situation de départ...

La troisième est en partie écrite même si je pense que je devrais beaucoup la retravailler et sera pour l'AT vampires de la revue Bifrost. Elle est très décalée par rapport à ce qu'attends Gilles Dumay, à mon humble avis, mais j'aime beaucoup l'idée. Tant pis si elle est recalée parce que ne convenant pas.

J'ai envoyé ma nouvelle "Relation Mère Fille" à la revue Black Mamba et il n'y a plus qu'à attendre leur réponse.

A côté de ça, ce week end, j'ai trouvé ce qui coinçait dans mon roman "Sidoine". Le héros manque cruellement d'intelligence. On me l'a dit et redit mais on avait beau me le dire, bien que comprenant confusément que mon texte ne tournait pas bien, j'étais incapable de voir ce qui n'allait pas. Au cours d'une discussion qui n'avait strictement aucun rapport avec Sidoine, j'ai eu l'illumination. J'ai enfin accepté de voir que mon personnage n'était pas assez intelligent et pourquoi. La bonne nouvelle est qu'il ne manque que quelques mots ou scènes ici ou là pour que le texte tourne. C'est juste un réglage et non pas une réécriture complète. C'est ce que j'apprécie dans l'écriture. Un simple mot, une simple virgule, peuvent changer la perspective d'un texte entier. Les mots sont vraiment d'une puissance incroyable et les manier quand on est écrivain, c'est se sentir un véritable démiurge.

Non, non, j'ai pas la grosse tête ni les chevilles qui enflent. lol

jeudi 22 octobre 2009

Chaine des couvertures

Puisque Tsumïre m'a gentiment tagguée il y a quelques jours voire semaines de cela, je vais vous parler de couvertures aujourd'hui. :) Et non, je n'avais pas oublié, Tsumïre. :)

Mes premiers souvenirs de lecture de littérature hors jeunesse remontent à très très longtemps, l'époque où j'allais joyeusement piocher en cachette dans les romans de SF de mes frères. Pourquoi en cachette ? Parce qu'à l'âge que j'avais, je n'aurais pas dû lire ces livres. Il y avait de gros monstres et des filles gentiment dénudées sur les couvertures et ça avait rarement un rapport avec le contenu. Ensuite, il y a eu la bibliothèque et le bonheur de voir briller les couvertures argentées à distance. Vous savez ces couvertures si particulières de la SF de l'époque, du moins, pour moi. Pas d'illustration, rien que cette surface miroitante sous les néons de la salle. J'adorais ces couvertures. Sans rien me raconter du livre, elles m'en disaient déjà suffisamment. J'allais me régaler. :)

Aujourd'hui, les maisons d'édition rivalisent d'ingéniosité pour nous attirer vers leurs romans et les couvertures sont bien souvent sublimes. Vous allez dire que je fais de la publicité pour ma maison d'édition mais j'adore les couvertures de Gallimard Jeunesse. D'un roman à l'autre, les couleurs et les textures changent. Ce sont de vrais petits bijoux et j'ai hâte de voir à quoi ressemblera la couverture des Yeux d'Opale.

Ceci dit, je vais vous dévoiler deux couvertures que j'aime beaucoup. La première est celle d'un roman de fantasy que j'adore : Frère Aloysius et le petit Prince. D'ailleurs si Philippe Monot, son auteur, passe dans le coin, il a le droit à un bisou et un vigoureux coup de fouet pour bosser plus vite ! J'attends toujours désespérément la suite de Sardequins ! ^^ Voici la dite couverture.


La suivante est du domaine de la Science Fiction. C'est le genre de couvertures qui me fait rêver, penser à des futurs possibles. Et quand on lit l'ouvrage, on n'est absolument pas déçu du voyage. Il s'agit de Radieux de Greg Egan.



Voilà. :) Je passe maintenant la parole à Feldo et Bélier pour nous montrer leurs couvertures coup de coeur. ^^

samedi 17 octobre 2009

Journée Nationale du Don d'Organe

De nouveau un court message avant un message un peu plus conséquent.

Aujourd'hui, c'est la journée nationale du Don d'Organe. Je ne sais pas si vous vous êtes jamais posés la question de savoir ce que deviendraient vos organes ou ceux de vos proches en cas de décès. Eh bien, en ce jour, il est grand temps de vous poser la question. En France, il existe un grand manque de donneurs d'organes. Pas par manque de générosité. Pas pour des causes religieuses. Pas par peur de laisser une part de soi à un autre. Non, les Français disent majoritairement vouloir donner leurs organes à qui en aurait besoin après leur mort. Mais voilà, le choc du décès conduit souvent la famille à rejeter ce qu'elle considère comme un crime pour le défunt, le don d'organes. En ce jour de journée nationale du Don d'Organe, faites part à vos proches de vos volontés à ce sujet. Etes vous pour ? Etes vous contre ? Il est important pour vos amis, votre famille de le savoir. Et pour être certain d'être bien compris dans le cas où vous seriez pour, n'hésitez pas à demander la carte de donneur d'organe à France Adot. Un lien, une question supplémentaire ? Suivez la carte ci-dessous.

Association pour le Don d'Organe et de Tissus humains

La mienne de carte ne me quitte que rarement.