jeudi 17 septembre 2009

Les écrivains sont-ils des sportifs de haut niveau ?

Il y a quelques jours, je feuilletais l'un de mes livres de cuisine. Oui, j'adore cuisiner, enfin surtout la pâtisserie, genre tartes, biscuits, cookies... Y en a qui se souviennent de mes cookies au chocolat du dernier salon du livres. Si mes romans ne marchent pas, je pourrais toujours me reconvertir. ^^ Donc, je feuilletais et je suis tombée sur les dépenses caloriques en fonction de son activité et là, étonnée, je découvre qu'écrire représente 120 Kcal/heure et dactylographier 140 Kcal/heure alors qu'être assis au repos dépense seulement 100 Kcal/heure. Vous me direz, c'est quand même pas énorme comme dépense d'énergie supplémentaire, oui, mais...

Il y a quelques temps, j'apprenais que le magazine Bifrost lançait un Appel à Textes sur le thème des vampires. Ce n'est pas un thème qui m'inspire et je n'avais pas enregistré l'information jusqu'à ce que Blacky m'en reparle. Et je ne sais pourquoi, soudain, mon cerveau a décidé qu'il fallait répondre à cet AT et comme une cocotte minute, je suis montée en pression, pour finalement trouver une idée, mardi. Du coup, hier, j'ai écrit un peu plus de 10000 signes, espace compris. J'en suis ressortie éreintée. Ce n'est pas mon rythme habituel de travail et les quelques jours précédents avaient été vierges de toute écriture.

Du coup, je me suis demandée si les écrivains n'étaient pas une sorte de compétiteur, des sportifs de haut niveau. Quand on y songe, l'exercice d'écriture demande une énergie considérable, une énergie essentiellement mentale. Pour prendre mon cas particulier, quand j'écris, je suis dans une bulle, une sorte de transe. C'est comme plonger en apnée. D'ailleurs, il faut que j'en sorte régulièrement pour reprendre un peu d'air avant de replonger. :) J'imagine une scène, la visionne dans ma tête, tout en l'écrivant sur un clavier. Dans ce type d'exercice, la mémoire et l'imagination sont mises à contribution mais également la dextérité pour pouvoir enfoncer correctement les touches du clavier (je tape avec les deux mains pour ma part) et les connaissances autour du langage telles que la grammaire, l'orthographe, mais aussi le soin apporté à la joliesse du texte et du vocabulaire utilisé... Pas étonnant qu'on sorte lessivé d'une séance d'écriture. :)

Ceci dit, au boulot ! Il me reste encore une bonne vingtaine de milliers de signes à écrire pour ma nouvelle.

10 commentaires:

  1. muahahaha ! (Je rigole pour els cookies. Tu as mis le oigt dans l'engrenage, tu n'en sortiras plus ^^ )
    Bien contente pour ta nouvelle ! Et je suis bien d'accord, on est des sportifs de très haut niveau!

    RépondreSupprimer
  2. Ah mais si. Il n'y a qu'à voir Erinn lorsqu'il tape vingt-sept mille mots ! en quelques heures. Et me regarder souffrir au bout de quelques heures d'écriture. La différence est là, entre l'amateur et le marathonien.

    RépondreSupprimer
  3. Pourquoi crois-tu qu'il faille prévoir du chocolat pendant qu'on écrit ? Faut bien se doper !

    RépondreSupprimer
  4. Je pense que tout vient de la concentration, c'est normal. ^^
    Un effort intellectuel demande une certaine concentration et c'est elle qui sollicite nos petits neurones adorés :p

    Puis comme tu dis la pression a certainement contribué à tout ce processus.

    Mais comme dit précédemment, il est tout a fait impensable d'aller au combat sans prendre des vivres. Délicieux cookies et nénuphou à volonté !

    Et on est des sportifs ! Un claquage des doigts c'ets dangeureux ma p'tite dame ! ^^

    RépondreSupprimer
  5. "Oui, j'adore cuisiner, enfin surtout la pâtisserie, genre tartes, biscuits, cookies..."

    Viens que je te serre dans mes bras,
    Sur ma bouche !

    Aimable cookie bien sûr ! :o)

    "Y en a qui se souviennent de mes cookies au chocolat du dernier salon du livres."

    Bouououh, un de mes pires regrets.
    En plus du fait de ne pouvoir me rendre à ces salons parisiens (75-90 euros l'aller-retour, ça mérite au moins une valise de cookies !)

    Donc, on disait 140 Kcal/heure ?

    Whahhh

    Sachant que le speculoos apporte 41 kcal par 100 grammes
    que le speculoos pèse par lui-même 8,5 g... il faut donc consommer tada... un peu moins de 12 speculoos par heure pour tenir le rythme d'une frappe/écriture intensive.

    Six seulement, si on procrastine devant son écran :o)

    Par contre, il se trouve des speculos / gâteau à 395 Kcal pour 100g
    http://www.tabledescalories.com/index.php?page=aff_cal&id=1144

    et là, il faut bosser 10 heures de rang pour les brûler ! :-))



    "Du coup, je me suis demandée si les écrivains n'étaient pas une sorte de compétiteur, des sportifs de haut niveau. Quand on y songe, l'exercice d'écriture demande une énergie considérable, une énergie essentiellement mentale."

    1h de sommeil = 65 kcal
    1h d’activités assises = 110 kcal (soit la lecture)
    1h de marche = 200 kcal
    1h de nage ou de vélo = 450 kcal
    1h de ski, de sciage de bois = 550 kcal
    1h de football = 750 kcal

    110 kcal, ce qui implique le point suivant : l'auteur dépense de 10 à 30 Kcal pour son activité d'écriture.
    Et encore, je ne compte pas le travail des deux index :o), et surtout le temps qu'on passe à les lécher avant d'appuyer sur les touches... pour essuyer les miettes de speculoos (pour ceux qui n'auraient pas suivi)

    De là à claironner que l'écrivain est un sportif de haut niveau ?

    http://www.collabopm.com/Dietetique.htm

    8* Activité extrême
    H : 2 200-2 500 Kcal
    F : 1 800-2 100 Kcal

    Pour : Activité physique : vélodrome, course contre le vent, nager le crawl, boxer, pratiquer le squash, l'aviron en course, le tennis, la course à pied, ...
    Activité professionnelle : bûcheron, mineur de fond ou agriculteur sans mécanisation du travail.

    [Oui, on note la différence Homme Femme, on sait bien que les femmes se donnent moins que les hommes... et si on me répond que les femmes utilisent mieux l'énergie que les gros blaireaux, je décline toutes responsabilités sur cette conclusion, toujours possible ;-) )]


    Tout ça pour dire quoi ?

    Que le cerveau n'est pas un muscle ! :-))))


    Et qu'une heure d'activité cérébrale très intense peut t'épuiser bien plus qu'une heure de footing galopant où tu ne penses à rien.


    Cependant, j'aime bien le comparatif avec les sportifs de haut niveau.
    Car, c'est l'entraînement qui compte ! :-)

    Le remue-méninges, la frappe de doigt... et tout ce qui entoure l'écriture.
    Voilà une question de tous les jours, de ce poids que l'on porte à chaque instant et qui se déverse enfin dans un torrent.

    L'écrivain, ce Sisyphe du mot !
    Ce barrage en retenue, qui accouche soudain de 10 000 caractères (7 pages, mais ça en jette moins :o) ).

    Pour continuer ta comparaison, écrivain sportif de haut niveau, je penche pour le lanceur de poids.

    Zut, encore deux pages de plus pour ton blog. Un nouveau gros poids sur l'estomac. :o))
    Bisous
    Bernard

    RépondreSupprimer
  6. @ Tous : Mouais... A lire vos commentaires, je vois surtout que les écrivains sont des gourmands de haut niveau. ^^ Tiens, d'ailleurs, j'ai fait une délicieuse tarte à la rhubarbe aujourd'hui, pour me rasséréner. ^^ Mais la digestion m'empêche d'écrire, je l'avoue. ^^

    @ Bernard : Mais à combien estime-t-on la dépense énergétique pour un cerveau en plein fonctionnement ? Autant, on connait bien les dépenses énergétiques dues à des occupations physiques autant les occupations mentales... Et c'est vrai que le cerveau, bien que n'étant pas un muscle, a besoin d'entrainement pour donner sa pleine mesure d'où le conseil récurrent aux écrivains débutants d'écrire tous les jours. Bisous à toi aussi. :) Et plein de cookies électroniques. ^^

    RépondreSupprimer
  7. La dépense énergétique du cerveau est loin d'être négligeable, un truc comme 20% du total, je crois. Quant on sait qu'il représente 2% de la masse du corps, c'est un sacré petit gourmand.
    Mais apparemement, la dépense est presque la même au repos et en plein effort...

    Sinon, j'ai remarqué autre chose quand je suis plongé dans mon texte : le temps s'écoule n'importe comment. Une heure passe en un clin d'oeil et une journée en trois battements de cils...

    RépondreSupprimer
  8. Miam miam je fais aussi partie du club des gourmands ^^
    Je suis d'accord pour le côté sportif... l'énergie dépensée mentalement, il ne faut pas la sous estimer :)

    RépondreSupprimer
  9. Je vote pour la sportivité.
    Malade, très dur d'écrire, c'est éreintant de réfléchir.

    > Amibe, on t'a déjà dit que parfois tu fais peur ? :-)

    RépondreSupprimer
  10. Le cerveau ?

    Après quelques recherches :

    Le cerveau consomme à lui seul pour 15 à 25 % de la dépense énergétique !

    Cela représente l'équivalent d'un sucre toutes les heures. Un sucre = 4 grammes de glucide.
    Le cerveau brûle 20% de l'oxygène sanguin alors que son poids ne représente que 2% du poids du corps


    http://archives.cafeduweb.com/lire/6785-bien-manger-pour-penser.html
    "Le cerveau représente à lui seul 2 % du poids du corps, mais il consomme 20 % de l'oxygène respiré et 20 % de l'énergie alimentaire consommée. Soit dix fois plus que nos autres organes. Le cerveau, à titre de comparaison, consomme presque autant d'énergie - les deux tiers - que notre cœur, un muscle très puissant qui débite 8600 litres de sang par jour. L'oxygène consommé à tout moment par le cerveau humain est équivalent à celui produit par un chêne, grâce à ses 100 000 feuilles."


    Cependant :
    "Tout récemment, en faisant le bilan de l’énergie consommée, le monde de
    l’imagerie cérébrale a réalisé, à sa grande surprise, que la quantité d’énergie utilisée
    pour les tâches conscientes était très faible. Dans le bilan énergétique, au maximum
    5% de l’énergie totale seraient consommées pour des activités conscientes, 95% de
    l’énergie consommée iraient à des tâches inconscientes !
    Une explication à cela : la maintenance du cerveau demande beaucoup
    d’énergie."
    http://www.institut-de-france.fr/upload/pdf/en_ligne/rossier.pdf

    Dur quand même !
    0,2 gramme de sucre pour ton écriture ! :-)))



    Toutefois, ceci n'entravera en rien l'arrivée du cookie ou du chocolat jusqu'à mes lèvres !
    Car, comme le dit Beorn, comment savoir ce qui se passe dans les inter-espace-temps ! :o)

    Bisous
    L'Amibe_R Nard (qui est très effrayant ! tout autant qu'envahissant ;-) )

    PS : dans l'article de l'institut de France, il est dit que le jonglage augmente (de manière visible) une partie du cerveau, mais que cette augmentation disparaît faute d'entraînement. Voilà pourquoi il faut écrire tous les jours ! :-)

    RépondreSupprimer