jeudi 30 juillet 2009

Arrivée de Crapchot

Lundi soir, je me suis fait un petit plaisir.

Pas de dégustation de chocolat ou de la fameuse crème aux speculoos, non. Je me suis payée un netbook. Ce n'est pas tant que j'avais réellement besoin d'un tel engin que le plaisir de pouvoir vadrouiller dans la maison en toute impunité, voire me vautrer dans le canapé pour écrire. Si ça c'est pas de la jouissance... ^^

Bref, un beau samsung nc10 a rejoint la grande famille électronique de la maison. Il est blanc malgré mon désir d'une autre couleur et j'avoue avoir du mal avec la résolution assez claire de l'écran sous word mais je ne vais pas me plaindre. Je l'ai appelé Crapchot. Les rares personnes qui ont lu Opale sauront de quoi je parle. Pour les autres, hummm... allez... Un crapchot est un animal du monde d'Opale. C'est une sorte de crapaud velu et mauve. Il est utilisé pour envoyer des messages. Un peu comme les pigeons voyageurs. Il ne vole pas mais par contre, il se téléporte sur une distance d'environ 50m. Donc, voilà, je trouvais que le nom correspondait tout à fait à un pc qui se veut mobile. :)

Du coup, j'ai entamé le scénario du second tome d'Opale dessus et le soir, je vais pouvoir flemmarder devant la télé, mon crapchot sur les genoux, à travailler, tout en me gavant de séries américaines insipides. Le luxe. ^^

Ah, si quelqu'un sait régler le contraste sur ce genre de bête, je prends...

A bientôt.

dimanche 26 juillet 2009

C'est fini !

Voilà. Les corrections d'Opale sont terminées.

Elles ont été relativement rapides pour les dernières pages. Normal. C'est là que se situe la majeure partie de l'action et je me sens nettement plus à l'aise pour écrire des scènes d'action que des scènes de description. Il y a aussi le fait que j'avais très très envie de terminer et de passer à autre chose.

J'attends encore les corrections de mon dernier relecteur, une perle. Je vais d'ailleurs lui préparer une liste de questions sur son ressenti sur le texte. A relire mon manuscrit après l'avoir laissé près d'une année de côté, j'ai été surprise par les émotions qui transparaissaient dans certaines scènes et j'aimerais savoir s'il a éprouvé les mêmes que les miennes.

J'ai compté de combien j'avais réduit le texte et les éditions Gallimard vont être déçues si elles escomptaient un gros raccourcissement. J'ai retiré environ 36700 caractères, espaces compris, soit un peu plus de 3% du texte. Opale demeure un pavé. Toutefois, je pense que ce million de caractères est nécessaire à l'histoire et je n'ai pas l'impression d'avoir fait du volume pour faire du volume, impression jusqu'ici confirmée par mon dernier relecteur.

La prochaine étape est donc les dernières corrections résiduelles et surtout l'envoi à Gallimard Jeunesse du manuscrit corrigé. Et à partir de là, pour moi, c'est le grand saut dans l'inconnu. Je ne sais pas du tout ce qu'il va se passer. J'avoue espérer ne pas devoir refaire des corrections sur mon texte. Et j'espère aussi beaucoup que Gallimard Jeunesse décidera d'éditer Opale en un seul gros tome. Le couper en deux est certes possible mais nécessiterait des modifications et le texte me parait équilibré tel qu'il est. On verra.

Une seule chose est sûre. Je continuerai de vous donnerai des nouvelles sur le déroulement de cette grande aventure. J'en profite d'ailleurs pour remercier les personnes qui lisent ce blog et s'inquiètent de son abandon quand je ne poste plus. Ca me fait chaud au coeur de vous savoir présents.

Bon dimanche

mardi 21 juillet 2009

Quelques nouvelles après un long silence

Le mois de juin a filé plus vite que prévu et le mois de juillet est déjà bien entamé et je refais surface. Il y a des moments dans la vie où tout vous parait soudain vain, même son propre blog, et puis tout finit par rentrer dans l'ordre. Alors, désolée de cette absence momentanée. Je sais qu'on est en plein mois de juillet mais je vais tâcher de prendre la bonne résolution de poster ici régulièrement.

Alors que s'est-il passé de beau en un mois ? Eh bien, les corrections ont bien avancé puisque j'en suis environ à 75%. Je pensais pouvoir raccourcir mon texte, au moins un peu, mais j'ai calculé et j'ai réduit de 5% à tout casser. Sur 1,2 millions de signes avec espace, ça ne se sent pas. Du coup, la question de savoir si Gallimard va choisir d'éditer Opale en un ou deux tomes reste toujours d'actualité. Mon penchant actuel va à un seul tome et j'espère qu'il en sera ainsi.

Quoi d'autre ? Une conférence particulièrement intéressante sur la fantasy en France dont je vous parlerai dans un prochain billet. Ca date un peu mais après tout, on dit "mieux vaut tard que jamais".

Pour le reste, Sidoine et Oriane sont toujours à l'arrêt sur le papier mais le scénario continue d'évoluer dans ma petite cervelle. Il s'avère que je me suis trompée concernant le personnage d'Oriane. Dommage que je ne l'ai pas réalisé avant. Du coup, je vais devoir reprendre l'intégralité du texte écrit et le revoir, voire le jeter. Ca fait un peu mal au coeur de jeter 350 000 signes tout beau mais en même temps, il m'était quasiment impossible de continuer l'écriture puisque le personnage d'Oriane m'échappait totalement. Ca me rappelle le début d'Opale... j'avais fait la même chose. :) Le personnage d'Oriane ayant pris un autre cap, cela va me permettre d'adapter encore plus l'histoire véritable de Jeanne d'Arc à l'histoire que j'invente, à moins que ce ne soit l'inverse. Bref, tout s'enchaîne si bien que je me demande si j'invente vraiment ou si je redécouvre l'Histoire telle qu'elle fut vraiment. Hummm... vaut mieux que j'évite de trop le dire pour éviter de me faire mal voir par les fans de Jeanne d'Arc. :)

Voilà qui conclut ce billet. Je me hâte de terminer les corrections d'Opale pour enfin reprendre l'écriture de Sidoine et Oriane. Le temps leur semble long. :) A bientôt.