vendredi 23 janvier 2009

Ecrivain ou auteur ?

Un bonheur n'arrivant jamais seul, ma nouvelle pour Escale 2010 a été refusée. Je plaisante pour le bonheur mais bon, le mot de refus de Serge Lehman était si sympathique que je suis pas trop déçue que ma nouvelle ne soit pas choisie. En gros, mon texte n'était pas suffisamment SF pour l'anthologie. Et quand on sait que cette anthologie est censée représenter la SF de notre époque, je comprends complètement le point de vue. Je réessayerai dans 10 ans. En attendant, Serge Lehman me disait que le thème serait peut-être mieux traité en littérature blanche. J'hésite entre la réécrire en littérature blanche, la réécrire pour que la partie SF soit plus importante ou la laisser telle quelle et la proposer ailleurs. Je vais y réfléchir.

Ce jeudi, j'ai encore eu la faiblesse d'écouter la Grande Librairie. J'aime décidément cette émission littéraire. On y parlait notamment d'un livre écrit par deux centraliens sur la haine entre écrivains du XIXeme siècle. A l'appui de leurs propos, on voyait un court extrait de deux écrivains de notre époque qui s'insultaient à coups de "Vous n'êtes pas un écrivain mais un auteur !" Ca m'a semblé étrange. Pour moi, jusqu'ici, être écrivain ou être auteur, cela revenait au même. On écrit, habité par une passion intérieure, qui nous fait prendre clavier ou crayon et griffonner papier ou écran. On espère être lu, être compris, apporter nos idées aux autres, des bribes de réflexion ou simplement d'agréables moments passés à nous lire. Mais non... Ca semble plus complexe que ça. Après quelques courtes recherches, je suis tombée sur la phrase suivante de Valéry, tiré de "Regards sur le monde actuel", citée sur le site atilf :

"La France est le [seul] pays où (...) le souci de la forme en soi... ait dominé et persisté jusqu'à notre époque. Un 'écrivain', en France, est autre chose qu'un homme qui écrit et publie. Un 'auteur', même du plus grand talent, connût-il le plus grand succès, n'est pas nécessairement un 'écrivain'. Tout l'esprit, toute la culture possible, ne lui font pas un 'style'."

Alors, voilà donc la grande distinction entre un écrivain et un auteur : un 'style'. Or, pour avoir un style, il faut posséder une certaine originalité, une façon d'écrire très spécifique qui nous identifie formellement, une sorte d'ADN... un chromosome peut-être...

Serai-je un écrivain ou un auteur ? Personnellement, je ne le sais pas encore et je ne pense pas qu'on puisse juger soit même de ce que l'on est, comme on ne peut pas juger de ce que l'on écrit. Et puis, pour le savoir, il faut donner matière à pesée et comptage, à jugement... alors, je vais vite retourner au travail ! Là, est le principal. :D

2 commentaires: