jeudi 27 novembre 2008

Acceptation de manuscrits chez Gallimard

En faisant des recherches hier sur internet, je suis tombée par hasard sur la procédure d'acceptation des textes chez Gallimard Jeunesse. J'ai appris qu'il fallait avoir trois fiches de lecture avant de passer en comité de lecture.

Citation de http://www.bienlire.education.fr/01-actualite/c-En-parle19.asp :
"Chez Gallimard, trois lectures sont effectuées avant que le texte n'arrive au comité de lecture composé d'éditeurs de la maison ainsi que d'enseignants, de bibliothécaires, de libraires, répond Catherine Bon."

Il y a donc deux étapes et je suis à la fin de la première. Je n'ai aucune idée de comment se passe le comité de lecture ni du temps que ça peut prendre pour qu'ils choisissent ou rejettent un manuscrit. Si mon texte va jusque là, j'aurais plein de questions à poser. Je le sens.

En attendant, je décompte les jours et réfléchit aux autres éditeurs que je pourrais contacter. Et surtout, je peaufine ma nouvelle pour Denoël.

mercredi 26 novembre 2008

Gallimard Jeunesse a envoyé une lettre de refus en mai

J'ai eu la réponse de Gallimard Jeunesse, ce matin. Deux bonnes nouvelles et une mauvaise.

La mauvaise est qu'ils m'ont envoyé une lettre de refus en mai. Cette lettre a dû se perdre car je ne l'ai jamais reçue. Ah, la poste !

La première bonne nouvelle est que mon interlocutrice m'a lu les deux fiches de lecture faite sur mon roman et que ça m'a fait très plaisir d'apprendre que le scénario était bien compris, que l'écriture était fluide et les idées bonnes. J'avais beau le savoir (eh eh), ça fait un bien fou de l'entendre dire par quelqu'un qui est dans le milieu professionnel. En fait, le seul reproche fait à mon roman est que ce n'est pas écrit pour la jeunesse. Gasp... Normal, je ne l'ai pas écrit pour la jeunesse mais pour des adultes. J'ai fait remarquer à mon interlocutrice que Gilles Dumay ne l'avait pas trouvé assez adulte et elle m'a expliqué que mon roman était dans l'entre deux.

La deuxième bonne nouvelle est qu'à la lecture des fiches de lecture (oui, il faut suivre), mon interlocutrice a décidé de le faire lire par une troisième personne. J'aurai le retour d'ici la fin de la semaine prochaine.

Je suis vraiment heureuse de ce coup de téléphone. Ca donne de la confiance de savoir que ce qu'on fait est bien, tout simplement bien, et agréable à lire.

lundi 24 novembre 2008

Continuité 2

En fin de semaine dernière, j'ai reçu les retours de deux de mes relecteurs préférés pour ma nouvelle pour Denoël. Merci Bernard et Alain. Je vois ce qui coince et maintenant qu'on me l'a dit, je trouve même que c'est évident. Mais le nez dans le texte, on ne voit souvent pas les défauts ni surtout, ce que ressent le lecteur. Celui qui écrit est tellement dans son histoire qu'il oublie parfois d'en donner les clefs. C'est ce que j'avais fait. L'histoire est cohérente mais manque de ce sel, de ce piment qui font la vie et les bonnes histoires. Je me remets au travail...

Dans le même temps, j'ai réalisé ce qui n'allait pas dans le début de mon nouveau roman. La mauvaise chose est que je dois le réécrire intégralement. La bonne chose est que je dois le réécrire intégralement. Je suis très contente d'être enfin sortie de ma période noire et de sentir à nouveau l'envie d'écrire me pousser en avant. Ca me manquait beaucoup.

jeudi 20 novembre 2008

Continuité

C'est encore moi... En même temps, je ne vois pas trop qui d'autre pourrait poster sur ce blog mais qui sait ? Après tout, il y a des pirates informatiques qui font pire que de poster sur des blogs qui ne leur appartiennent pas.

Les choses avancent doucement. J'ai terminé la première mouture de la nouvelle que je veux envoyer à Denoël Lunes d'Encres et elle est en phase de relecture chez deux amis. J'ai appelé chez Gallimard Jeunesse pour savoir où en était la lecture de mon manuscrit mais je n'ai pas de chance. La personne qui s'occupait de mon dossier a eu un accident. En passant, elle a encore moins de chance que moi. Je dois donc m'adresser à une autre personne mais celle-ci est au téléphone à chaque fois que j'appelle. J'ai laissé deux messages sur deux semaines. Et j'attends qu'ils me rappellent.